Au Boudoir Écarlate
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Au Boudoir Écarlate


 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -30%
Baskets Nike Air Max Genome
Voir le deal
119 €

 

 KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal

Aller en bas 
AuteurMessage
Luxx




Messages : 127
Date d'inscription : 10/12/2013

KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal Empty
MessageSujet: KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal   KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal Icon_minitime1Lun 3 Mar - 21:24

KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal 51MTCXNJMML

Magie et cristal
Stephen King

sortie le 26 octobre 2009

Quatrième de couverture :

Prisonniers de Blaine, le monorail fou lancé à pleine vitesse, Roland et ses amis filent vers leur destin et, espèrent-ils, la Tour Sombre, leur but ultime. Les épreuves ne font pourtant que commencer pour eux, puisqu'ils devront déjouer les pièges du train infernal pour affronter le Mal aux multiples visages -  jusque dans leurs souvenir et dans leurs rêves, peuplés de signes et de messages qu'ils sont bien en mal de déchiffrer. Ils savent désormais qu'ils doivent protéger la Rose, réceptacle de tout ce que le monde compte de magique et de pur, et combattre l'odieux Roi Cramoisi. Les pistoleros ne sont pas au bout de leur peine.

http://www.amazon.fr/La-Tour-Sombre-Tome-cristal/dp/229034592X/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1393877512&sr=8-1&keywords=magie+et+cristal
Revenir en haut Aller en bas
Luxx




Messages : 127
Date d'inscription : 10/12/2013

KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal Empty
MessageSujet: Re: KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal   KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal Icon_minitime1Mar 4 Mar - 20:21

Mon avis sur Magie et Cristal

Une chose que je ne pourrais jamais reprocher à Stephen King, c'est de faire quelque chose de prévisible : au moment même où je croyais avoir pleinement pris pied dans cette immense saga, ce nouveau tome vient quelque peu doucher mon enthousiasme.

A ce stade, un récapitulatif s'impose : dans le premier tome, nous suivons Roland dans une poursuite à travers des terres désertiques. L'aridité du style répond à l'austérité du personnage, et entoure sa quête d'un certain mysticisme. Nous sommes en plein western, le poor lonesome cowboy va poursuivre sa vengeance jusqu'au bout, prêt pour cela à tous les sacrifices. Sur cette trame bien connue, Stephen King va venir ajouter des éléments de science fiction et de fantasy, et faire débarquer dans ce monde un petit garçon, Jake, échappé du New York des années 80 après s'être fait renversé par une voiture. On mesure toute la détermination, et l'étendue de l'obsession de Roland, quand il n'hésite pas à abandonner le petit qui s'accroche à lui avec la force du désespoir. Bref, on sort de ce premier acte sans grand amour pour le héros; on ne sait pas vraiment après quoi il court avec tant d'obstination, et on a donc du mal à se lancer dans la suite. En fait, sans l'avant-propos de l'auteur, je ne suis pas sûre que j'aurais poursuivi la découverte de cet univers.

Dans le tome suivant, Roland va recruter son équipe. Si les tenants et aboutissants restent encore un peu brumeux, l'aventure prend un certain rythme, du fait des étapes successives dans des époques différentes, un peu à le manière d'un jeu vidéo : en battant la mafia des narcotrafiquants, Roland "débloque" le personnage d'Eddie; en résolvant le mystère de la double personnalité d'(O)Detta, l'équipe s'attache les services de Susanna; le tout sur fond de "quête principale", à savoir abattre un des sbires du mal en la personne de Jack Mort, l'homme qui a poussé Jack sous la voiture du tome 1.

Le tome 3 s'articule en deux moments : la lutte conjointe de Roland et de Jake, chacun dans leur monde, pour se retrouver, puis enfin des avancées significatives et des révélations sur la nature profonde de leur mission. Mieux, de l'action, du rythme, du suspens, de vrais méchants avec lesquels batailler, il était temps ! Nous quittions notre fine équipe au cœur du danger, et comme je le craignais, cette pseudo fin n'augurait rien de bon quant au démarrage du tome suivant.

Bien évidemment, il nous faut donc pas moins qu'un prologue pour ouvrir Magie et Cristal, afin de se remettre dans le moment : comment nos héros vont-ils convaincre Blaine, le monorail fou, de ne pas les entraîner dans sa course suicidaire ?

La question est réglée en environ 150 pages, au fil desquelles l'équipe se retrouve dans une nouvelle dimension, un ersatz de Kansas décimé par une maladie étrange. On est dans un monde parallèle à celui de Roland comme à celui de son équipe, grignoté par une tramée, une sorte d'anomalie qui gangrène tous les univers et dont l'apparition est probablement liée aux menées maléfiques de la Tour Sombre. Nos héros se lancent sur une autoroute qui semble mener à un palais de verre.

Et c'est là, Monsieur King, que notre ami Roland le taciturne décide subitement qu'il est temps pour lui de passer du mystérieux cowboy inflexible à un patient larmoyant de Françoise Dolto, en nous racontant sa vie et son premier amour. Sur TOUT le reste du livre. Sur les 700 pages qui restent, quasiment. Outre qu'il me semble assez peu nécessaire, à titre personnel, de vouloir expliquer la dureté de Roland par la fin tragique de son histoire d'amour, cela signifie surtout que nos braves héros restent pendant ces 700 pages assis en tailleur à écouter Roland gémir sur son sort au lieu de continuer vers cette satanée tour sombre en dégommant du méchant. Pourquoi, Monsieur King, pourquoi ?
Certes, nous avons glané entre deux rendez-vous amoureux d'une niaiserie inattendue quelques informations précieuses, grand merci à vous. Mais dans ce gigantesque flash-back, l'intérêt pour la suite de la quête se dilue jusqu'à disparaître.

J'aurais tellement aimé que vous continuiez à distiller par petites touches quelques indices sur le passé de notre Pistolero, sans en dire trop, en nous laissant combler par notre imagination les vides que vous auriez laissés !

Du coup, quand à la fin du tome la quête reprend, on y croit plus tellement. Est ce que l'image de Roland a été trop abîmée par ses confidences pour qu'il puisse encore assumer son rôle de chef de clan ? Est-ce simplement, à nouveau, un problème de découpage ? Le fait est qu'on a bien du mal à affronter les dernières pages, qui pour ne rien arranger, usent et abusent des emprunts au Magicien d'Oz (peut être la référence de trop ?).

Je sors de cette lecture terriblement déçue, sans avoir satisfait ma curiosité. Il m'en reste à peine assez pour me lancer dans un nouveau tome... mais comme sur les compagnons de Roland, la Tour Sombre exerce désormais sa terrible attraction sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
 
KING Stephen - LA TOUR SOMBRE - Tome 4 : Magie et cristal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MENU XXL : AVALE ET TAIS-TOI (Hentaï)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Boudoir Écarlate :: Romans Noirs / Fantastique :: Fantastique et Epouvante :: Stephen KING-
Sauter vers: