AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 YOUNG Louisa : Je voulais te dire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3907
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 35
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: YOUNG Louisa : Je voulais te dire   Mar 23 Sep - 15:53


Je voulais te dire
Louisa Young

Quatrième de couverture:

Londoniens issus de milieux très différents, Nadine et Riley sont amis depuis l’enfance. Au moment où leur complicité prend un tour plus intime, des considérations de classe leur font brusquement obstacle. La Grande Guerre éclate. Ils n'ont que 18 ans. Riley passe trois ans dans les tranchées des Flandres et de la Somme tandis que Nadine s'engage comme infirmière. À son retour, le jeune homme n’est plus le même. L’horreur des champs de bataille l’a changé à jamais. Il ne peut imaginer que Nadine puisse encore vouloir de lui et fait tout pour la repousser. Seulement, le destin ne va pas lui faciliter la tâche… Tout en décrivant avec éloquence la fin d’un monde, les dévastations morales engendrées par le premier conflit mondial, Louisa Young plonge le lecteur dans l’histoire d’un amour fusionnel que tout contrarie et dépeint avec subtilité les relations sociales dans une Angleterre en pleine métamorphose.
Revenir en haut Aller en bas
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3907
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 35
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: Re: YOUNG Louisa : Je voulais te dire   Mar 23 Sep - 17:38

Contrairement à ce que laisse supposer la quatrième de couverture, Je voulais te dire n’est pas seulement une romance, une belle et tragique histoire d’amour entre deux jeunes gens que tout sépare. Non, c’est bien plus que cela et c’est avant tout un livre sur la Première Guerre Mondiale, la vie au front, dans les tranchées et sur les Gueules Cassées, sur le difficile retour à la vie de ces hommes mutilés, transformés à jamais par ce qu’ils ont vu et vécu.

C’est par hasard que Riley Purefoy et Nadine Waveney se rencontrent alors qu’ils sont enfants. Le premier est issu d’un modeste foyer d’ouvriers londoniens, la seconde, fille d’un célèbre chef d’orchestre, vit dans une belle maison, avec domestiques et repas chauds tous les jours… Par un heureux concours de circonstances, Riley devient un familier des Waveney et jouit même d’une bonne éducation en devenant le jeune homme à tout faire de Sir Alfred, un peintre célèbre. Les années passent, Riley et Nadine grandissent et tombent peu à peu amoureux, sans oser se l’avouer et même si entre eux, rien n’est possible, à moins que Riley ne parvienne à s’élever dans la société, bien au-dessus de sa condition. A la suite d’une malheureuse et alcoolisée expérience homosexuelle qu’il n’assume pas du tout, Riley préfère fuir Londres. Nous sommes en 1914, l’armée a besoin de bras, il décide donc de s’engager et coche « pour la durée du conflit », persuadé que la Guerre ne durera que quelques mois. La suite, nous la connaissons. La vie dans les tranchées, l’horreur du front, le conflit qui s’enlise. Profitant d’une permission, il retrouve Nadine, devenue infirmière, et ils s’avouent enfin leurs sentiments. Mais il lui faut repartir au combat. Blessé par une bombe, mutilé, défiguré, Riley revient du front avec une gueule cassée, se coupant du monde, se haïssant. Mais Nadine l’aime sincèrement et elle est prête à tout pour le lui prouver…

Plus que la romance, c’est vraiment la guerre et ses conséquences qui sont au centre de Je voulais te dire. Nous sommes avec Riley dans les tranchées mais surtout nous sommes dans sa tête lorsqu’il est victime d’une bombe. Autant vous le dire, c’est plutôt dur, difficile à lire et si l’amour de Nadine allège un peu le récit, c’est tout de même un texte bien sombre. Riley se retrouve défiguré, diminué malgré le travail des chirurgiens qui font tout ce qu’ils peuvent pour lui redonner une apparence humaine, sans grand succès. Les Gueules Cassées, ces soldats mutilés, devenus monstrueux pour certains, sont peu évoqués en littérature alors qu’il y a tant dire, tant à écrire. Louisa Young s’intéresse à eux et c’est vraiment bien fait. Elle retranscrit l’atmosphère tragique de l’hôpital, la douleur des malades, l’impuissance du corps médical et aussi le dégout qu’inspiraient ces héros malheureux. Elle nous parle aussi des soldats revenus en bonne santé physique mais complétement détruits moralement. Ceux-là ne portent pas de cicatrices visibles mais agonisent à l’intérieur, laissant l’horreur les tuer peu à peu et anéantir leur équilibre mental. C’est à la fois douloureux, dramatique et instructif.

Un roman fort, intense et tragique, une lecture exigeante qui nous frappe et nous marque durablement ! A découvrir très vite !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
YOUNG Louisa : Je voulais te dire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Young, Louisa] Je voulais te dire
» Laetitia Milot (Mélanie)
» Je voulais vous dire
» Serge Aurier : « Je présente mes excuses, je ne voulais pas dire fiotte mais pd »
» Je voulais vous dire que je m'en vais...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romans Contemporains :: Romans & Best Sellers-
Sauter vers: