AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 DICK Philip K. - Le bal des schizos

Aller en bas 
AuteurMessage
Cheshire Cat

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 08/11/2012
Age : 34

MessageSujet: DICK Philip K. - Le bal des schizos   Lun 1 Sep - 22:39



Le bal des schizos
Philip K. Dick

Quatrième de couverture:

Sans autre ambition que celle de vendre les orgues électroniques qu'il bricole dans son magasin, Louis Rosen voit son monde changer le jour où son associé et la fille de ce dernier, Pris, schizophrène tout juste rendue à la vie civile par le Bureau Fédéral de Santé Mentale après une longue thérapie, mettent au point un automate plus vrai que nature. Prenant pour modèle des grandes figures de l'histoire américaine, leur premier simulacre imite à s'y méprendre Edwin Stanton, héros de la guerre de Sécession. Enhardis par leur succès, ils s'attaquent ensuite à Abraham Lincoln lui-même...

Acheter sur Amazon
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 08/11/2012
Age : 34

MessageSujet: Re: DICK Philip K. - Le bal des schizos   Lun 1 Sep - 22:40

Mon avis:

Années 1970, Louis Rozen et Maury Rock (dont le vrai nom est Frauenzimmer) sont associés dans une société qui vend des pianos droits et  et orgues électroniques. Cependant, le second, qui voit que leur entreprise est destinée à la faillite, fait construire des automates plus vrais que nature d'Edwin Stanton et Abraham Lincoln. Il souhaite pouvoir les mettre en valeur pour ensuite les vendre à Sam Barrows, un homme immensément riche pour lequel Pris, sa fille tout juste libérée d'une clinique chargée de soigner les schizophrènes, a une admiration sans bornes. Mais c'était sans compter avec l'indépendance dont pourraient faire preuve les simulacres et les divers participants à la création des simulacres...

Il est souvent difficile de résumer les livres de Philip K. Dick sans avoir l'impression de les dénaturer, ou de trop en dire sur leur contenu... Cet ouvrage ayant un contenu assez haché et dur à suivre, je ne suis pas rentrée dans les détails. De plus, je dois reconnaître qu'il a été, à ce jour, celui de cet auteur que j'ai eu le plus de mal à lire. Vous êtes « prévenus ».

Ce livre a été écrit en 1962 mais publié dix ans après, soit approximativement à la période où se déroule l'histoire... Et comme presque à chaque fois avec les romans de Philip K. Dick, il faut s'attendre en lisant ce livre à avoir la tête « retournée », à avoir du mal à suivre le déroulement des événements narrés... Malheureusement, contrairement à d'autres romans plus aboutis, j'ai eu du mal à m'y retrouver...

Pourtant une partie des personnages semblait bien étudiée et approfondie. Ainsi nous avons Louis Rosen, le « héros », associé de « MASA et Associés », petite société de vente de pianos droits et orgues électroniques, personnage trop gentil, à tendances instables et « faible » qui tombe lentement amoureux de Priscilla plus couramment appelée Pris, la fille de son associé.
Celle-ci est une jeune femme d'environ dix-huit ans qui sort d'une clinique psychiatrique car diagnostiquée comme atteinte de schizophrénie. Elle semble calculatrice, ambitieuse, solitaire et est dotée d'un humour presque cynique et pervers, qui la conduit à blesser ses interlocuteurs sans avoir totalement conscience de la portée de ses paroles. Et pourtant, elle fait parfois preuve d'une certaine vulnérabilité qui nous empêche de vraiment la haïr. À chaque fois qu'elle intervient, elle capte inexorablement l'attention du lecteur qui s'en retrouve perturbé car n'arrivant pas à la cerner...
Nous avons également les simulacres, sorte de robots qui servent de base à une partie de l'intrigue du livre : Edwin Stanton, le premier des simulacres créés, était le secrétaire particulier d'Abraham Lincoln. Se rendant compte du monde dans lequel il est tombé, il fait preuve d'indépendance et échappe à ses créateurs... Un peu comme ce qui deviendra les Intelligences Artificielles dans d'autres romans de science fiction... (notamment les réplicants dans Blade Runner...) Il y a aussi le simulacre d'Abraham Lincoln ou encore celui de John Wilkes Boots...

L'intrigue de départ est celle de la création des simulacres pour parvenir à faire une reconstitution fiable de la guerre de Sécession (car selon les mots de Maury, l'associé de Louis à l'origine du projet, la guerre de Sécession serait un sujet qui turlupine les américains), chose qu'il aurait été intéressante de développer plus,

Mais nous sommes détachés régulièrement de cette partie là pour arriver à une histoire dans l'histoire avec ce qui semble être le début d'une histoire d'amour entre Louis et Pris... Histoire qui est, dès le départ, vouée à l'échec... mais qui échoue d'une manière que le lecteur n'attendait pas du tout... car le récit se perd en circonvolutions diverses et finit par laisser le lecteur avec une impression étrange de choses non dites... Cette partie sur les liens qui se créent entre les personnages « non-simulacres » pour ensuite se détruire m'a perdue... Je n'ai pas réussi à suivre ni comprendre les personnages. J'ai même failli abandonner ma lecture à cause de ça.

Cependant d'une certaine manière, nous pouvons dire que l'histoire du héros, malheureux en amour et atteint de tendances paranoïaques au point de vouloir se faire soigner, est extrêmement proche de l'histoire personnelle de l'auteur et de ses préoccupations. Et si nous relisons certains passages, nous pouvons voir apparaître ces éléments dans les réflexions de Louis, ce qui redonne de l'intérêt au livre. Ceci dit, il faut connaître l'histoire de l'auteur pour aborder ces parties du livre sous cet angle de vue...

C'est pourquoi j'ai un avis extrêmement mitigé sur ce livre et ne le conseille qu'aux afficionados de Philip K. Dick... Pour les autres, intéressez vous plus à d'autres de ses romans plus connus tels Le Maître du Haut Château , Ubik, Blade Runner ...
Revenir en haut Aller en bas
 
DICK Philip K. - Le bal des schizos
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dick Philip K. - Blade Runner / Les Androïdes rêvent-ils de Moutons Electriques?
» DICK, Philip Kindred
» [Dick, Philip K.] Le maître du haut-château
» [Dick, Philip K.] Minority report
» SF : Philip K. DICK ou le visionnaire hallu-ciné

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fantasy / SF :: J'ai Lu :: collection Philip K. Dick-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: