AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La musique à travers les époques - Recueil de nouvelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cheshire Cat



Messages : 456
Date d'inscription : 08/11/2012
Age : 33

MessageSujet: La musique à travers les époques - Recueil de nouvelles   Lun 1 Sep - 20:40



La musique à travers les époques
Recueil de nouvelles

Quatrième de couverture : 

La musique fait partie intégrante de notre histoire, marquant les âges de ses styles et de ses instruments, laissant sur notre société une note indélébile. Les mots, quant à eux, aiment à décrire la musique et les récits qui en naissent.
Cinq auteurs ont exprimé leur symphonie lyrique dans ce recueil de six nouvelles, où chacune s’approprie une époque et une musique bien particulière.
Voyagez à travers les ères et saisissez la quintessence de l’art, qui, de tout temps, a façonné l’homme.

Touches noires et blanches de Virginie Platel
La sirène de Nathalie Bagadey
Douce symphonie de Lydie Lemaire Williams
Le son du coeur de Mélanie Baranger
Diabolus in musica de Lydie Lemaire Williams et Simon Vicent
Concerto à la mémoire d'un ange de Virginie Platel
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat



Messages : 456
Date d'inscription : 08/11/2012
Age : 33

MessageSujet: Re: La musique à travers les époques - Recueil de nouvelles   Jeu 4 Sep - 0:52

Mon avis:

Un recueil en somme vraiment agréable à lire, très sympathique, où tout passionné de musique (et même les autres) devrait trouver au moins une nouvelle qui lui plaise. Toutes, qu'elles soient sombres ou heureuses font preuve d'une poésie touchante qui s'exprime de manière directe ou indirecte à travers la musique. Elles ne vous laisseront pas insensibles. En tout cas, moi, j'ai été touchée wink (même si je pense que toutes ne sont pas de la même qualité)

Par contre, l'introduction aux nouvelles m'a déconcertée : il semble qu'un musicien se retrouve de manière étrange et mystérieuse face à lui-même. Mais nous ne savons pas pourquoi, si ce n'est que ce double joue « la symphonie du temps »... Je n'ai pas trop compris l'utilité de ces deux petites pages...

Touches noires et blanches de Virginie Platel :

Début du XXème siècle à Greenville, comté de Butler, état d'Alabama aux Etats-Unis. Thomas O'Sullivan, jeune blanc issu d'une famille privilégiée mais dysfonctionnelle, et James Williams, voisin du premier, jeune noir issu d'une famille pauvre, font connaissance grâce à la musique qui va les rapprocher au point qu'ils vont décider de fuir ensemble pour la Nouvelle Orléans pour tenter de gagner leur vie en devenant musiciens de jazz. Mais bien que la musique les aie rapprochés, une femme va les séparer...

La nouvelle est extrêmement triste mais en même temps superbe...  Ainsi, l'histoire commence par un monologue... Celui de quelqu'un qui va retrouver un ami perdu de vue. Puis l'auteur nous narre la rencontre de deux jeunes que tout oppose : Thomas est issu d'une famille riche mais est maltraité par ses parents et sa mère trompe allègrement son père... James, dit Jim, vient d'une famille aimante mais nombreuse et pauvre. Chacun à sa manière est victime d'un mal être où la musique constitue un échappatoire bienvenu.
Mais tandis que Jim est doté d'un véritable don pour nombre d'instruments, Thomas a seulement appris à jouer du piano de manière assez conventionnelle... Il doit se soûler pour parvenir à jouer de façon géniale. Et c'est suite à un concert que la séparation des deux amis va avoir lieu...
Ce qui est intéressant, c'est de voir comment l'auteur nous entraîne dans son récit musical à travers la vie de ces deux personnages qui vont faire la connaissance du milieu musical de la Nouvelle Orléans qui est en pleine effervescence peu avant l'entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre Mondiale... tout en gardant chacun leur style. Leur amitié est poignante car malgré les tensions qui sont rapidement présentes entre eux du fait de leurs différences, nous voyons qu'ils tiennent l'un à l'autre. Du moins jusqu'à ce qu'une fille ne vienne tout gâcher...
L'auteur a su introduire une certaine dose de poésie dans une tranche de vie relativement sombre. Chapeau bas.

La sirène de Nathalie Bagadey :

Une lettre en forme de déclaration d'amour à une personne que le lecteur ne connaît qu'à travers le récit que son auteur en fait... Car il se livre de manière totale et raconte l'histoire d'une rencontre merveilleuse et d'un amour fou.

Cette brève nouvelle d'une quinzaine de page est une immense déclaration d'amour qui vous prend aux tripes... Elle prend la forme d'une lettre qui constitue un récit à la première personne de la rencontre de son auteur avec son aimée. Poétique, tout en pudeur, et pourtant immensément triste. Tout passionné de musique et comprenant les liens que l'on peut former avec devrait apprécier cette nouvelle qui bien que courte nous raconte l'essentiel... Un moment de douceur qui finit par plonger dans l'obscurité et la tristesse.

Douce symphonie de Lydie Lemaire Williams :

Histoire sombre d'un homme qui a perdu sa sœur dans des circonstances atroces et qui de sa vengeance va tirer un hymne d'une noirceur profonde et pourtant splendide à la mémoire de la disparue.

Ici, l'auteur nous fait découvrir un bref passage dans la vie de son personnage où celui-ci a besoin d'accomplir sa vengeance de manière totale pour finalement en retirer un chef d'oeuvre qui frappera ses auditeurs. Ou comment la musique peut parvenir à nous faire ressentir les émotions du compositeur. Car qui a fait des études de musique est, il me semble, obligé de reconnaître qu'il y a des morceaux qui ne peuvent que vous toucher même si cela est parfois de manière négative... Un peu comme si le compositeur cherchait à exorciser ses démons (c'est le cas ici) Nouvelle encore plus courte que la précédente mais toute aussi efficace.

Le son du coeur de Mélanie Baranger :

1805. Elisa, dix-sept ans, va faire son entrée dans le monde. Mais le plus important pour elle est qu'elle va jouer pour la première fois devant un public autre que sa famille... D'autant qu'elle semble penser qu'aucun parti ne voudrait l'épouser et qu'il faut donc qu'elle découvre ce qu'elle doit faire de sa vie et devenir musicienne est devenu son souhait le plus cher. Mais c'est justement grâce à sa chère musique qu'elle va découvrir l'amour.

Poésie toute en finesse ici puisque l’héroïne, muette, parvient à faire partager ses émotions à travers la musique qu'elle joue. Et c'est la fragilité dont elle fait preuve qui va attirer celui qui deviendra son époux et « bienfaiteur » : il apprend la langue des signes pour elle et fera son maximum pour la combler, allant jusqu'à lui faire rencontrer Joseph Haydn.
La nouvelle est peut être un peu courte, mais ce qui n'est pas dit se devine et permet au lecteur de vivre un bref moment de poésie écrit de façon simple et efficace.

Diabolus in musica de Lydie Lemaire Williams et Simon Vincent :

Stephen est guitariste dans un groupe de hard rock... Et bien qu'il aie arrêté depuis un moment l'alcool et les stupéfiants, il fait preuve de moments d'absence où il semble comme possédé par un esprit qui lui fait jouer une musique démoniaque qui doit réveiller les flammes de l'enfer.

Moment étrange de lecture... Où la musique semble servir de véhicule à quelque chose d'indéfinissable, de surnaturel. Un esprit qui se déclare être celui d'un compositeur de musique baroque prend possession du corps d'un guitariste de hard rock pour parvenir à ses fins. J'avoue avoir été assez déconcertée par cette nouvelle car même si la musique est pour moi un moyen d'expression des émotions, je n'arrive pas à croire qu'elle puisse avoir un but maléfique.

Concerto à la mémoire d'un ange de Virginie Platel :

Aurore, après un concert où elle était premier violon de l'orchestre symphonique et des cœurs se produisant dans la cathédrale américaine de Paris, se fait plaquer par son petit ami. Cela la pousse à se livrer à une introspection sur elle-même et à repenser à son seul grand amour aujourd'hui décédé. Après quelques recherches, elle découvre que les parents de son aimé sont partis vivre en Grèce et que le père a conçu un monument funéraire à la mémoire de son fils... Elle décide alors de partir voir ce monument pour fuir la monotonie parisienne et la routine d'une vie solitaire. En arrivant dans ce mausolée, elle trouve le violon de son amour défunt et se met à jouer... Ce qui lui permet d’entrapercevoir brièvement la vie de cinq incarnations de celui qu'elle a passionnément aimé et de faire ainsi le deuil de celui qu'elle ne peut oublier de manière définitive.

Idée originale où la musique permet à l'héroïne de passer les différentes étapes du deuil pour finalement accepter la disparition de son être cher : elle réalise qu'il sera toujours vivant en elle et dans ses souvenirs. J'ai beaucoup aimé l'idée qui sert de filigrane à cette nouvelle même si je n'ai pas trop accroché au style adopté par l'auteur (j'ai préféré son autre nouvelle) Peut être est-ce du au fait que bien que le récit soit fait à la première personne , je n'ai pas réussi à « ressentir » les émotions de l'héroïne...
Revenir en haut Aller en bas
 
La musique à travers les époques - Recueil de nouvelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annexe 3 Le recueil de Nouvelles Fantastiques 2009
» Disneyland: recueil de nouvelles chez Flammarion
» Edgar Allan Poe "Le corbeau"
» les merveilles de la bijouterie à travers les siècles _La Bijouterie par Roger MILÈS
» Un tricot de maux - recueil de nouvelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romans Contemporains :: Autres éditions-
Sauter vers: