AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 GAIGE Amity : Schroder

Aller en bas 
AuteurMessage
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3992
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 37
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: GAIGE Amity : Schroder   Jeu 27 Mar - 14:10


Schroder
Amity Gaige


Quatrième de couverture:

Un roman à contre-courant, magnifiquement écrit, qui introduit une voix neuve et puissante dans les lettres américaines », Jennifer Egan (Qu'avons-nous fait de nos rêves ?). Salué par une presse internationale unanime, chef-d'oeuvre de finesse psychologique, un roman au suspense haletant sur la force de l'amour paternel et le poids ravageur des non-dits, doublé d'une magnifique réflexion sur l'invention de soi.

Salué par une presse dithyrambique, la découverte d'un talent exceptionnel. Entre suspense et profondeur psychologique, un roman fulgurant sur l'amour paternel, le poids des non-dits et la réinvention de soi.

À quelques semaines de son procès, Erik Schroder prend la plume pour expliquer ses actes à son ex-femme. Lui dire qu'il est un bon père. Qu'il n'a jamais voulu enlever leur fille, Meadow. Que leur petit road-trip n'avait qu'un but : voler quelques heures de bonheur avec son enfant.

Mais voilà, quelque chose est arrivé. Et tout ce qu'Erik a tu pendant trente ans remonte à la surface.

Comment un père aimant a-t-il pu mettre en danger sa propre fille ? Quels secrets cache son passé ? Qui est vraiment Erik Schroder ?
Revenir en haut Aller en bas
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3992
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 37
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: Re: GAIGE Amity : Schroder   Jeu 27 Mar - 14:11

Mon avis :

J’ai un sentiment étrange en terminant ce livre. Je l’ai beaucoup aimé tout en ne rentrant pas vraiment dans l’histoire, je suis restée à distance, n’éprouvant pas de réelle empathie pour le personnage principal et sa quête d’identité, de rédemption. Mais étrangement, cela ne m’a pas gêné pour l’apprécier, j’ai même la sensation que c’est ce qu’a voulu l’auteur. Nous maintenir à distance pour nous exposer les faits, simplement, froidement. En tout cas, c’est une réussite, j’ai été scotchée, ne pouvant lâcher le livre et tournant les pages avec avidité. Étrange, très étrange addiction !

Erik est dans l’attente d’un procès, suite à « l’enlèvement » de sa fille. En réalité, il n’est simplement pas rentré à la fin de son jour de garde. Il est parti avec sa fille, lui proposant une fugue le temps de quelques jours volés à la justice. Il voulait être avec elle, sans contrainte ni surveillance et surtout, il voulait être libre, libre d’être lui, Erik Schroder et non Erik Kennedy, l’avatar qu’il s’est créé. En effet, depuis des dizaines d’années, Erik ment à tout le monde. Venu s’installer avec son père aux États-Unis alors qu’il n’avait que cinq ans, Erik a renié son identité allemande, gommant tous les souvenirs de sa vie d’avant. Fasciné par l’Amérique, sa liberté, il est devenu Erik Kennedy, jeune homme souriant, charmant. Il est parvenu à épouser une belle américaine, il a eu une fille adorable, une vie normale en somme. Mais en mentant, en se cachant et cela lui pèse de plus en plus et menace son fragile équilibre. Alors, au cours d’une longue lettre confession, il avoue tout à son ex-épouse. Les mensonges, la fuite en avant, le besoin d’avoir sa fille, son amour, ses rêves et déceptions…      

C’est très difficile de parler de ce livre car, c’est bête à dire, mais il faut le lire pour le comprendre et comprendre par là-même les sentiments et émotions que l’on éprouve au fil des pages. Erik est un homme perdu, qui subit plus qu’il ne vit les choses. Il ment depuis tellement longtemps qu’il ne sait plus vraiment qui est le véritable Erik et ce qu’il veut vraiment. Une seule constante dans cette vie de dupes : sa fille, sa Meadow. Adorable petite puce, un peu trop mûre et sage pour son âge, elle est la seule réalité de son existence, la seule raison pour lui de se battre. Alors, lorsqu’elle n’est plus là, lorsqu’elle lui est arrachée, Erik perd pieds et commet un coup de folie. Schroder est à la fois une réflexion sur l’identité et sur la paternité. Est-ce que l’amour que l’on éprouve pour son enfant peut être suffisant et faire de nous un bon parent ? Qu’est-ce qu’un bon parent d’ailleurs ? Et comment être un bon parent si on ne se connait pas soit même ? Si l’on nie notre moi profond ?  Amity Gaige ne donne pas de réponses blanches ou noires mais elle ouvre le dialogue, invite à la réflexion et nous pousse dans nos retranchements. Je n’ai pas éprouvé de réelle empathie pour Erik mais j’ai compris les raisons de ses choix, bons ou mauvais. Ce n’est pas un homme diabolique, c’est simplement un être humain avec des failles et des faiblesses, un homme normal en somme. Amity Gaige a un style percutant, très fluide et elle nous offre une histoire fascinante et originale. On prend le livre et on se retrouve happé par le récit, captif des pages et avide de savoir comment cela va bien pouvoir se terminer …

Un road-movie familial, addictif et déroutant, porté par une histoire totalement inédite. J’ai vraiment beaucoup aimé !        

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
GAIGE Amity : Schroder
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Gaige, Amity] Schroder
» Schroeder René (Saint Vith)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romans Contemporains :: Belfond-
Sauter vers: