AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 MALLOCK - Les visages de Dieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aelynah

avatar

Messages : 397
Date d'inscription : 09/12/2013
Age : 43
Localisation : Penn Ar Bed

MessageSujet: MALLOCK - Les visages de Dieu   Lun 24 Mar - 20:33


Lien Amazon

Quatrième de couverture :
Le désespoir et la mort constituent son quotidien. Pour le commissaire Mallock, les hommes sont abandonnés de Dieu. Et ce ne sont pas les visions qui l’habitent qui vont l’en dissuader. Ni cette cruelle affaire du Maquilleur, qu’il semble être le seul à pouvoir élucider.
Les cadavres – œuvres d’art monstrueuses – que sème aux quatre coins de Paris ce tueur en série hors norme seraient-ils des reproductions corrompues d’images pieuses ? Pense-t-il, à travers ces mises en scènes macabres, parcourir son chemin de croix vers la rédemption ?
Comme si le Diable cherchait son Salut. Comme si, derrière l’horreur, se cachait le visage de Dieu…
Revenir en haut Aller en bas
Aelynah

avatar

Messages : 397
Date d'inscription : 09/12/2013
Age : 43
Localisation : Penn Ar Bed

MessageSujet: Re: MALLOCK - Les visages de Dieu   Lun 24 Mar - 20:34

Mon avis:
Il fait gris, il fait froid et le climat dans les services de la police parisienne est aussi maussade que le temps.
Depuis quelques temps, un nouveau tueur sévit dans la capitale. Ce tueur sadique et sanguinaire, mais aussi artiste sur les bords a été surnommé le Maquilleur. Les cadavres sont retrouvés dans des positions de suppliants, les mains et les pieds liés en prière. Sa cruauté n'a aucune barrière puisqu'il s'attaque aux hommes comme aux femmes et hélas aussi aux enfants et sans aucune différence de traitement.
C'est donc une enquête plutôt difficile qui revient à notre bon et désespéré commissaire Mallock.

Les visages de Dieu est le premier tome des aventures du commissaire Mallock. Il va donc nous faire rentrer un peu plus que les autres dans les méandres de son désespoir avec quelques allusions un peu plus précises sur la mort de son fils, mais surtout sur les conséquences que cela inflige à son âme de père blessé, abandonné et solitaire. Nous en apprenons aussi un peu sur un passé qu’il semble vouloir oublier, les événements de sa jeunesse sont en filigrane sous les horreurs de l’enquête et ses incroyables déductions. Lui-même ne sait d’où elles lui viennent, il préfère y voir « une forme de concentration et de synthèse » plutôt qu’une origine génétique particulière ou une tare.
On y découvre aussi l’environnement de notre commissaire, ses amis et leurs propres passés douloureux, leur manière de remonter la pente ou de survivre.

Mallock ne change pas, il s’est encore distingué et en a fait les frais en ayant contre lui trois hauts pontes de la hiérarchie. Il n’est pas mis à pied, mais comme qui dirait, un peu au rencart. Alors quand cette enquête piétine et devient ingérable faute de pistes, « On » trouve une solution.
« On » décide de mettre Mallock dessus. Parce qu’il est le meilleur, ça fera une excuse si ça foire, mais aussi pour l’éliminer définitivement justement si ça foire. Bien sûr vous aurez deviné qui sont le "On".

Cette enquête va donc nous permettre de découvrir un autre visage de notre commissaire, car son intégrité, sa pugnacité ou son opiniâtreté ne sont plus à prouver. Ici ressort sa sensibilité devant le malheur, son besoin d’alléger les souffrances des autres alors que les siennes semblent l’étouffer. Comment ne pas ressentir de la sympathie pour cet homme qui cherche encore le « meilleur » moyen d’annoncer l’indicible à la famille ? Qui fait en sorte de les protéger autant que faire se peut de la vision d’horreur qui les attend. Cette horreur qui entrera suffisamment tôt dans leur vie lorsqu’au procès ils se verront plongé dedans sans précaution par l’énumération complète et brutale des sévices et exactions subis par les victimes, leurs proches aimés et disparus.
Il a beau être malheureux, les épreuves des autres ne le laissent pas indifférent. C’est un homme bon et cependant perdu que nous côtoyons au cours de cette enquête. Quelques lueurs d’espoir cependant apparaissent au fil de notre lecture. Rien ne lui fera oublier le drame de la mort de Thomas, pourtant de petits plaisirs simples de la vie l’attirent toujours, c’est un épicurien de la bonne bouffe. Il ne m’en plaît que plus. Malgré les crimes affreux qu’il côtoie tous les jours, il sait encore apprécier un petit moment en charmante compagnie ou simplement un bon petit plat. Il ne se laisse pas dépérir et ses petits plats me font saliver et mourir d’envie de les tester. Peut-être demanderais-je à l’auteur les recettes complètes un jour ?

Je me suis aussi demandé pendant un moment si le choix par l’auteur et aussi le tueur de cette période de fêtes de fin d’année avait une autre raison d’être que celle de nous choquer.
Qui imaginerait tant de souffrance et de cruauté dans ces quelques jours remplis d’amour et de joie familiale ou religieuse ? Alors nous y voir ainsi précipités telle une balle dans un jeu de quilles, avec préméditation et sans protection est pour le moins perturbant. Nous voici indignés et horrifiés par ce choix et encore plus par ces crimes atroces. La suite m’a permis de répondre un peu mieux à cette interrogation.
L’utilisation de substances illicites, depuis la mort de son fils, pour aider son cerveau à faire le tri et lui amener des conclusions, semble-t'il farfelues ou totalement aberrantes, le fait ressembler par certains côtés à Sherlock Holmes. Ses déductions géniales qui vous paraissent au premier abord un peu tirées par les cheveux se développent petit à petit vers une conclusion logique et impénétrable à tout doute.
C'est ce qui m'a fait adorer toute son équipe et leur façon de le suivre sans forcément connaître la destination, mais avec confiance et sérénité.
Même les demandes les plus saugrenues de leur chef, ses humeurs ou autres lubies ne baissent en aucune façon l’estime qu’ils ont pour celui que l’on surnomme Mallock le sorcier, Mallock le Roc ou Dédé le Devin. Car chacune des énigmes qu’ils doivent résoudre pour lui leur prouve encore et toujours son étonnante capacité de synthétiser des données parfois sans lien apparents pour en faire ressortir un cheminement de pensée cohérent et une conclusion nette et sans bavure.
C’est cette faculté qu’à l’auteur de nous balader tout au long du livre d’indices en horreur ou de conclusions en informations extraordinaires qui tient le lecteur en haleine.
Vous vous sentez en compétition avec Mallock pour trouver le coupable et pourtant vous savez d’avance que vous allez perdre. Cela ne vous empêche cependant pas de continuer à chercher et parfois lire encore et encore certains passages pour deviner ensuite ce qu’il y a vu que vous n’avez même pas entraperçu. Ou tout simplement vous remettre des découvertes qui parsèment ce thriller. Vous en venez à douter de la vérité tant les événements peuvent paraître réels.
Lorsqu’arrive le grand moment de la révélation, tel un Deus ex machina de théâtre, Mallock vient opportunément dénouer la situation et à la surprise de tous, même des coupables. Parfois à partir de petits riens il a fondé ses réflexions et c’est de fil en aiguille qu’elles ont évolué vers la solution au nez et à la barbe du lecteur, mais non de notre magnifique commissaire.
Les œuvres de Mallock, l'auteur et le personnage du commissaire sont donc mes coups de cœur du moment dans ce genre parfois difficile à maîtriser que le thriller.
Merci pour ce moment de lecture ahurissant de sensations. Je ne peux m’empêcher de frémir en imaginant que sans le boudoir écarlate j’aurai pu ne jamais le connaître.


_________________
"La vie c'est comme les chocolats... on ne sait jamais ce que l'on va trouver dedans" (Forrest Gump)
Revenir en haut Aller en bas
noisette2011

avatar

Messages : 2652
Date d'inscription : 19/11/2012
Age : 29
Localisation : Dans la tanière des SnowDancer ...

MessageSujet: Re: MALLOCK - Les visages de Dieu   Mar 14 Juin - 16:16

J'ai découvert cet auteur il y a vraiment peu de temps et par hasard.

Je n'en avais jamais entendu parler et la quatrième de couverture m'a intrigué. Autant dire que je n'ai pas été déçue une seule seconde.

Un formidable auteur dans la veine des Maxime Chattam, Sire Cédric et Franck Thilliez...

Son livre m'a fait frisonner tout du long et d'après ce que j'ai pu comprendre les tomes suivants n'en sont que meilleurs. Pas un seul moment où la pression retombe.

Le personnage principal Amédée est aussi très charismatique et a son lot de casseroles à traîner derrière lui, un peu comme Sharko et Charlie Parker. En tout cas, on ne peut qu'aimer ses méthodes expéditives.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
MALLOCK - Les visages de Dieu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Planification WDW - Disney Planner est un dieu !
» James Herriot : Toutes les créatures du Bon Dieu
» Panzer III et IV détruits dans le secteur Mont Dieu / Stonne
» Dieu ordonne...
» Dieu et les Religions.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romans Noirs / Fantastique :: Thriller / Policier :: Autres Auteurs / Autres éditeurs-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: