AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 HILL Joe : Nosfera2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3929
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 36
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: HILL Joe : Nosfera2   Ven 27 Déc - 17:12


Nosfera
Joe Hill

Sortie le 8 janvier 2014

Quatrième de couverture :

Horreur et fantastique sont des mots presque trop simples tant l’univers de Joe Hill nous plonge dans un maelström de sensations envoûtantes. « L’innocence » de ses personnages confrontée à des situations profondément dérangeantes crée un climat qui vous hante longtemps après la lecture.

Il suffit que Victoria monte sur son vélo et passe sur le vieux pont derrière chez elle pour ressortir là où elle le souhaite. Elle sait que personne ne la croira. Elle-même n’est pas vraiment sûre de comprendre ce qui lui arrive.
Charles possède lui aussi un don particulier. Il aime emmener des enfants dans sa Rolls-Royce de 1938. Un véhicule immatriculé NOSFERA2. Grâce à cette voiture, Charles et ses innocentes victimes échappent à la réalité et parcourent les routes cachées qui mènent à un étonnant parc d’attractions appelé Christmasland, où l’on fête Noël tous les jours ; la tristesse hors la loi mais à quel prix…
Victoria et Charles vont finir par se confronter. Les mondes dans lesquels ils s’affrontent sont peuplés d’images qui semblent sortir de nos plus terribles cauchemars.



Revenir en haut Aller en bas
Walkyrie

avatar

Messages : 3346
Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 33
Localisation : Sud Clermont

MessageSujet: Re: HILL Joe : Nosfera2   Mer 5 Mar - 22:45

Un grand merci aux éditions JC Lattès et à Louve du forum Mort Sûre pour ce partenariat qui fut dense mais plaisant du début à la fin.

Victoria McQueen est une gamine de 9 ans lorsque son père lui offre un Raleigh, un vélo masculin bien trop grand pour elle. Grâce à lui elle se sent libre, aérienne et loin de tout ennui familiale. Jusqu’au jour où sa mère perd un bracelet, une nouvel fois le conflit entre ses parents éclate. Elle fuit le domicile et pédale de plus en plus vite jusqu’à se retrouver devant cet ancien pont en bois et en piteux état, la soif de sensations sera plus forte ce jour là et Vic le traverse malgré les interdictions. C’est alors qu’elle se retrouve dans un endroit à 60 kilomètres d’où elle vient et retrouve ce bracelet perdu. Le retour sera douloureux et fiévreux et Vic sera perdue dans ses délires pendant quelques heures… Depuis lors, régulièrement ce pont lui apparaît et lui permet de retrouver tout objet ou être perdus. Charles Manx est un être au gabarit hors norme, gigantesque, semblant si vieux et inquiétant. A bord de sa voiture ancienne, une Rolls-Royce de 1938, il parcourt les Etats d’Amérique sur fond de musiques de Noël en quête d’enfants qu’il estime condamnés par leurs parents. Il souhaite les sauver en leur offrant le plus merveilleux des cadeaux : la jeunesse éternelle et un univers où chaque jour Noël est fêté : Christmasland. Vic se retrouve à 17 ans confrontée à Charles Manx, en quête de danger, son pont l’a menée tout droit à son repère : la maison de SangtaClaus. Malgré une confrontation qui aurait du coûter la vie de Vic, celle-ci s’enfuit et est sauvée in extremis par Louis, un motard obèse. Charles Manx est arrêté pour enlèvement et pédophilie, pendant 10 ans il sera incarcéré et sombrera dans le comas jusqu’au jour où il s’enfuit de la morgue, une vengeance en tête : détruire celle qui à nuit à "ses enfants" et à lui-même.

C’est un roman dense et riche que nous propose là Joe HILL. Un monde où l’innocence enfantine des personnages est saccagée par un côté horrifique et profondément tragique. S’inspirer d’une fête familiale, gaie et lumineuse qui inspire trêve et échanges sociaux pour en faire un roman fantastique horrifique, rend ce livre encore plus profond et intense. Cela donne une raillerie méprisante très osée ! C’est ce fond qui fait toute la force du livre car il est manifestement très réussi. On ne peut malgré tout pas s’empêcher de penser aux références des romans de son père, Stephen King, la Rolls – Royce notamment nous rappelle Christine. L’auteur a une écriture efficace et un style unique. Il se lit aisément et instaure un confort de lecture délectable. Les chapitres sont découpés de manières originales, les phrases ne sont souvent pas terminées pour l’être ensuite par le titre du chapitre suivant. Plutôt ludique et dynamique, cela incite à poursuivre inévitablement la lecture : un rendu addictif intelligemment mené.

Les personnages sont plutôt bien travaillés même si on peut leur reprocher de ne pas être véritablement originaux mais d’être un peu clichés. Vic est une jeune femme qui a des problèmes familiaux et qui aura une vie ratée à cause de son Raccourci, une vie de malade mentale sous traitement et débridée ; alcool, drogues et tatouages, mais néanmoins forte d’esprit pour sauver son fils. Une véritable "Sarah Conor" littéraire. Charles Manx, est un personnage âgé, filiforme, grand et au nez crochu. Il est douteux, perdu dans ses idéaux incroyables, il croit vraiment faire le bien en enlevant ces enfants et en les transformant en ces choses sans nom. Un être perdu dans ses délires et dépourvu de toute humanité. Un vrai méchant ! Wayne, le fils de Vic est un enfant intelligent qui se pose les bonnes questions et trouve les bonnes réponses. Il tente de résister à l’attrait inévitable de la Rolls-Royce et à la transformation qu’elle induit sur ces enfants enlevés. Les personnages secondaires sont aussi intéressants mais également un brin caricaturés ; Lou, un geek obèse, fan de comics est un gentil un peu benêt, mais il vous surprendra ! Bing est le parfait pervers, un homme-enfant aimant entretenir sa maison, vivant sa vie de solitaire mais qui cache des secrets macabres dans sa cave… Malgré la caricature et le manque d’originalité cela fonctionne. J’ajouterai tout de même un petit bémol pour certaines longueurs et des impressions de "fin" avant l’heure qui ont un peu terni ma lecture sans la rendre désagréable.

L’auteur nous transporte donc au travers d’une épopée sur la route Saint Nicolas mêlant psychologie humaine, pouvoir de l’esprit, limite de l’imagination, prix à payer pour un don hors norme et humanité perdue. On n’est pas vraiment sûr jusqu’à la fin qu’il s’agit de réalité, de rêves ou de délires de personnages, les uns et les autres étant étroitement liés. Cette fin d’ailleurs, explosive et plutôt inattendue, nous contente pleinement.

Amateurs du King, rués vous sur ce roman car il est évident que Joe Hill est le digne héritier de son père !
Revenir en haut Aller en bas
http://songesdunewalkyrie.wordpress.com/
MarionR

avatar

Messages : 332
Date d'inscription : 04/12/2013
Age : 28
Localisation : Franche-Comté

MessageSujet: Re: HILL Joe : Nosfera2   Lun 10 Mar - 22:03

Mon avis :

J'ai mis un temps fou à finir ce roman. Pas parce qu'il manque d'intérêt, bien au contraire, mais parce qu'il est plutôt dense. Il se lit bien, mais à chaque fois que j'avais l'impression d'avancer, ce n'était pas vraiment le cas. J'y ai trouvé beaucoup de longueurs, surtout dans la seconde moitié. Des situations qui sont répétées par deux points de vue différents par exemple. Je n'y ai pas trouvé d'intérêt, sachant qu'il se passe exactement la même chose et que l'on n’apprend rien de plus. Néanmoins, je ne peux pas nier que certaines longueurs soient utiles à l'imaginaire ! En effet, parfois, l'ambiance, l'atmosphère paraissent comme au ralenti, on a l'impression que cela dure une éternité, mais l'auteur ne fait qu'augmenter la pression de manière constante. Il y a une multitude de détails, de descriptions, d'événements en attente... On sent que l'horreur est partout et l'on ne sait jamais quand ça va frapper ! De plus, l'auteur a bien pris soin de s'arrêter sur chaque personnage, de les peaufiner davantage, de nous les décrire sous tous les angles, tout en gardant une part de mystère pour certains, afin de mieux nous surprendre par la suite. Même les personnages secondaires sont fouillés.

Le thème de "Noël pour toujours" est finement trouvé. De quoi susciter quelques peurs en nous, car Christmaland n'a d'attirant que le nom. Manx est vraiment un personnage troublant. Il aura envahi mes rêves (ou plutôt mes cauchemars) pendant quelques nuits quand même... La pression qui monte progressivement, ajoutée à ce personnage hors du commun, a de quoi garantir quelques nuits blanches pour les plus imaginatifs ! Manx est terrifiant physiquement (du moins, c'est le sentiment que j'en ai eu), mais pas seulement : toutes ses pensées, ses sournoiseries font froid dans le dos. Je déteste ce personnage autant que je l'admire.

Dans la première partie du roman, on fait la connaissance de Vic enfant et de sa faculté à trouver tout ce qu'elle cherche rien qu'en enfourchant son Raleigh. Une faculté propre à l'imagination qui va lui permettre de rencontrer Manx (détenteur de cette faculté également) une première fois en étant ado. Puis Vic grandit, devient adulte, sans qu'on le voie réellement et c'est là que les longueurs et les répétitions de situations commencent. L'ambiance est toujours aussi prenante, dérangeante et malsaine, mais on a comme l'impression que le temps s'arrête par moments. Ce qui devient un peu plus lourd à lire même si, comme je le disais, certaines de ces situations sont importantes pour l'intrigue. On a besoin de tous ces détails, de toutes ces descriptions pour s'immiscer aux côtés de Vic, de Manx et des autres personnages. L'auteur réussit à nous faire voir ce qu'il a écrit, à nous faire ressentir ce que traverse ses personnages et, sachant que l'on ne se trouve pas dans un conte de fées, attendez-vous à vous sentir mal à l'aise plus d'une fois...

Joe Hill marche sur les traces de son père, le style s'en ressent même s'il a bien le sien. J'avais adoré son imagination et son style dans « Cornes » (beaucoup moins dans « Le costume du mort »), mais ce roman-ci se classe un cran au-dessus, malgré les longueurs. De l'horreur et du fantastique finement maîtrisés !

Un roman écrit avec beaucoup d'attention, où l'on sent que l'auteur a voulu aller vraiment au fond des choses et c'est un pari réussi. Nosfera2 fait froid dans le dos, tant par ses personnages atypiques que par l'ambiance glauque et malsaine qui règne du début à la fin. À découvrir !
Revenir en haut Aller en bas
http://uneenviedelivres.blogspot.fr
 
HILL Joe : Nosfera2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Joe Hill] Nosfera2
» Un Noël avec Benny Hill
» Grill the Hill – 14.8.2010 Lausanne/Sauvabelin
» Hill Harper
» La Vie en bleu à Prescott Hill Angleterre 23/24 Mai 2009

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romans Noirs / Fantastique :: Thriller / Policier :: Autres Auteurs / Autres éditeurs-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: