AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conférence sur la Romance Paranormale au Salon du Fantastique de Paris

Aller en bas 
AuteurMessage
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3964
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 37
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: Conférence sur la Romance Paranormale au Salon du Fantastique de Paris   Mer 6 Nov - 22:12

Conférence sur la Romance Paranormale au Salon du Fantastique


La Romance Paranormale était bien présente au Salon du Fantastique de Paris et elle a même fait l’objet d’une conférence passionnante où bonne humeur et convivialité étaient au rendez-vous !

C’est Valérie, rédactrice en chef d’d'Onirik qui a animé (et quelle animation !!!) ce bon moment et l’on comptait au nombre des intervenants, Aurélie du blog Chapitre32, Adeline Dias, auteur de Perception, Sophie Jomain, auteur de Felicity Atcock et des Étoiles de Noss Head, Florence Lottin, directrice éditoriale chez J'ai Lu et notre Karen du Boudoir.

C’est d’ailleurs notre admin préférée qui a ouvert la conférence en présentant ce qu’était la Romance Paranormale

Il convient en effet en premier lieu de définir le genre, qui a une définition très large, regroupant des réalités différentes et aux frontières parfois assez floues. Ce qui explique que beaucoup se perdent et confondent souvent la Romance Paranormale avec la Fantasy Urbaine, qu’on appelle aussi en France Bit Lit. Ce sont en fait deux genres assez différents et pour faire très simple et très rapide, la Romance Paranormale est un sous genre de la Romance, tandis que la Fantasy Urbaine est un sous-genre de la Fantasy.

Dans une Romance Paranormale, l’intrigue principale, c’est la relation amoureuse qui s’instaure entre un couple qui, quoi qu’il arrive, finira ensemble à la fin du roman. Il y a toujours un Happy End. Et c’est le couple qui est mis en avant et non pas l’un des deux héros. Ce qui explique aussi que la narration se fasse souvent de manière impersonnelle, à la 3ème personne. Du coup, on peut mieux appréhender les sentiments des deux héros, voire même d’autres personnages. Mais cette romance a aussi de particulier qu’elle insère des éléments surnaturels comme de la magie, ou des créatures atypiques. 
Ce qu’on retrouve surtout aujourd’hui en Romance Paranormale, ce sont des séries, pour certaines très longues, la palme revenant sans doute au Royaume des Carpates de Christine Feehan avec plus d’une vingtaine de tomes déjà parus. Chaque tome se focalise sur un couple qui aura sa fin heureuse, tout en évoluant dans un univers familier et en mettant en place une intrigue plus générale qui elle se poursuivra dans le temps long, sur l’ensemble de la série (combattre les méchants le plus souvent).

A l’inverse, la Fantasy Urbaine se focalise sur un personnage, le plus souvent une héroïne, une warrior, kick ass, et indépendante, qui se bat face aux méchants et résout des énigmes à chaque tome, et qui nous narre ainsi ses aventures à la 1ère personne du singulier. Et la romance n’est là qu’en second plan, comme un bonus. 

Ce sont là des définitions assez générales, mais il faut bien avoir à l’esprit qu’il y a des exceptions, et elles sont nombreuses.  
Ainsi, la première fois qu’on a vraiment parlé de Romance Paranormale, c’est pour la série time travel à succès de Diana Gabaldon, Le Chardon et le Tartan en 1991 (Outlander en VO, adapté en série télévisée en ce moment-même), pour qui d’ailleurs on a inventé cette catégorie dans la plus importante distinction en Romance, les Rita Awards. Et pourtant, la romance entre Claire et Jamie se déroule sur plusieurs tomes.
A l’inverse, quand on prend une série comme Chasseuse de la Nuit de Jeaniene Frost, quand on regarde la forme, nous sommes complètement dans de la Fantasy Urbaine, mais dans le fond, ça se rapproche davantage de la Romance avec un couple au premier plan que l'on suit tout le long de la série et une histoire d'amour qui arrive très vite.

C’est cette définition très large qui permet à la Romance Paranormale de regrouper des genres très variés, même si au final, c’est toujours la Romance qui est mise en avant.
- Le genre le plus commun, qu’on retrouve davantage dans nos librairies, c’est bien sûr la romance fantastique, où les héros sont des créatures mythiques, vampires, loups garous, sorciers, démons, dieux de différents panthéons… Et certaines séries sont devenues de véritables best-sellers mondiaux comme La Confrérie de la Dague Noire de JR Ward, Les Ombres de la Nuit de Kresley Cole, Les Dark Hunters de Sherrilyn Kenyon, Minuit de Lara Adrian, Les Gardiens de l’Eternité d’Alexandra Ivy, Psy Changeling de Nalini Singh… Impossible de tout citer...
- Il existe également de la fantasy romantique. La collection Luna des éditions Harlequin nous en a proposé plusieurs, et de très bonne qualité, comme la série du Partholon de PC Cast, un univers parallèle où le monde est régi par une mythologie celtique et où les humains doivent composer avec des centaures et des fomores. Ou encore l’excellent cycle de Lladrana de Robin D. Owens, un univers parallèle également dont les barrières sont sur le point de s’effondrer, multipliant les attaques de monstres aux frontières. Et chaque guilde a donc besoin de se trouver au plus vite un champion – une femme venue de notre monde – pour renforcer les barrières et faire cesser les attaques. Une série excellentissime ! Chez J’ai Lu il y a aussi l’exceptionnelle Epopée de Xylara d’Elizabeth Vaughan (croisons les doigts pour qu’elle soit rééditée un jour).
- On trouve également des romances steampunk, comme Le duc de Fer de Meljean Brook. 
- Ou encore de la science-fiction romantique, comme avec la série 2176 de Susan Grant, ou Chasseuse d'Alien de Gena Showalter...

Pour répondre à cet accroissement de l’offre et de la demande,  plusieurs maisons d’éditions ont créées en France des collections spécialisées en Romance Paranormale.
- La 1ère étant évidemment Harlequin avec sa Collection 6e Sens créée en 1994, devenue aujourd’hui Nocturne ;
- Il y a également J’ai Lu avec sa collection Mondes Mystérieux, appelée aujourd’hui Crépuscule ;
- Et enfin Milady, qui nous propose de plus en plus de séries à succès.

On pourrait alors se demander pourquoi ce genre a-t-il autant de succès aujourd’hui... Ce qui revient en fait à dire : Qu’est-ce que le paranormal apporte de plus à la Romance ?

En fait, l’univers paranormal nous permet de nous libérer des codes classiques et de la réalité, de ce qui fait crédible ou pas en temps normal. Et en premier lieu des comportements qu’on jugerait juste insupportables, voire ridicules ou même condamnables parfois aussi.
Par exemple, les fameux mâles alphas et leur possessivité, leur instinct protecteur, le comportement macho, animal, qu’on trouve étrangement sexy chez nos héros, parce que ça fait partie de façon intrinsèque de leur identité mais qu’on trouverait juste détestable et rédhibitoire chez un héros de romance contemporaine. Et c’est une constante dans beaucoup de Romances Paranormales avec notamment le fameux « Mine » « A moi », le plus souvent grogné par notre héros, grondé d’une voix rauque, et qui est à la limite de se taper la poitrine de ses poings.
Il y a aussi l’attraction sexuelle extrêmement forte, hors norme, souvent immédiate et irrésistible, et du coup la romance qui débute dès les toutes premières pages. Ce qui découle directement du concept d’âmes sœurs pour l’éternité qu’on retrouve très souvent. Certaines créatures de Romance Paranormale sont à la recherche de leur âme sœur depuis des siècles et pas question de leur jeter la pierre quand elles la rencontrent enfin et se jettent sur leur promise...
L’érotisme est aussi extrêmement poussé, hors norme aussi, et beaucoup de séries de Romance Paranormale sont aussi à classer dans le genre érotique comme La Confrérie de la Dague Noire de Ward ou encore Demonica de Larissa Ione, où les héros sont des démons Seminus qui dépérissent s’ils n’ont pas leur dose de sexe quotidienne. En tant qu’êtres surnaturels, nos héros ne sont pas soumis à des limites physiologiques, en gros c’est quand ils veulent, autant de fois qu’ils le veulent et ça dure des heures… Des capacités d’endurance qui feraient hausser plus d’un sourcil dubitatif dans un autre cadre. Incontestablement en tout cas une des clés du succès de la Romance Paranormale… wink 

C’est ensuite au tour d'Aurélie du blog Chapitre 32de prendre la parole. Elle nous a parlé de la série à succès de Jeaniene Frost, Chasseuse de la nuit, une série qui brouille habilement les pistes et oscille entre Fantasy Urbaine et Romance Paranormale avec brio et qu'on adore.

Pourquoi s’intéresser à Jeaniene Frost alors qu’on parle de Romance paranormale ? 
On pourrait croire qu’elle n’a pas du tout sa place dans cette conférence étant donné qu’elle a écrit une saga classée Fantasy Urbaine et pourtant... Chasseuse de la nuit est l'une des seules sagas de Fantasy Urbaine à être autant romancée. Et cela est dû au fait que Jeaniene Frost surfe habilement sur la frontière qui sépare les deux genres.  Alors oui, on a des méchants vampires, des goules, des démons, mais on a aussi une histoire d’amour du feu de Dieu qui est au centre de tout. Il faut dire que Jeaniene Frost adore la romance et ce n’est pas un hasard si sa saga en est remplie car elle baigne dedans depuis son adolescence. Elle a voulu devenir écrivain à l’âge de 12 ans. A l’époque, elle lisait les romans sentimentaux de sa mère et elle trouvait ça 10 fois mieux que ce qu’elle lisait en cours. Parmi les auteurs qui l’ont le plus influencée, on retrouve Bertrice Small, Jackie Collins, MM Kaye et surtout Diana Gabaldon. Les romances qu’elle a pu lire ont eu un immense impact sur son écriture et on peut le constater dans la saga car elle a fait de la vie d’un couple et non pas de la vie d’une simple héroïne un best-seller de Fantasy Urbaine. 
Alors, qu’entend-t-on par «romance», comment cela se traduit-il et comment Jeaniene Frost réussit-elle à introduire certains codes de la Romance Paranormale dans sa saga, ce sont des questions auxquelles Aurélie a apporté une réponse.

La saga Chasseuse de la nuit n’est pas une Fantasy Urbaine classique. Mais oui, Jeaniene Frost en respecte quand même les codes.
1 : On est face à une héroïne totalement badass mi humaine mi autre chose qui botte des culs à ses heures perdues. Dans notre cas, mi humaine mi vampire.
2 : C’est un monde où le surnaturel côtoie le réel en secret et où les vampires et autres goules sont légion.
3 : Notre super tueuse se prénomme Catherine Crawfield et mène une vie normale parallèle à sa vie nocturne. Et c’est une jeune femme comme les autres, elle va à la Fac, vit avec sa mère et ses grands-parents... et a une certaine dépendance au Gin Tonic.
Et bien sûr, il y a aussi le ou les personnages masculins. Il y en a plusieurs : Vlad, le vampire le plus connu de l’histoire (aka Dracula) Spade, Ian, mais le plus important est Bones.
Bones c’est le plus sexy, le plus beau, le plus musclé, le plus ténébreux, le plus intelligent, bref le plus tout de tous les vampires. C’est un chasseur de prime tout de cuir vêtu, blond décoloré un peu comme Spike dans Buffy et qui va kidnapper Cat et lui faire du chantage pour qu’elle accepte de l’aider à arrêter un sadique démoniaque. Voici donc brièvement l’intrigue du premier tome. Elle est somme toute normale pour de la Fantasy Urbaine. On a une enquête policière, une héroïne qui aime la castagne et un héros masculin qui suinte le sexe par tous les pores. Et là on se dit, allez c’est parti, mon héroïne va tout casser, vla l’hémoglobine à gogo et de l’action en veux-tu en voilà... Et bien pas tout à fait ! Et c’est là toute la particularité de Chasseuse de la Nuit, car il y a 60% de romance pour 40% d’action.

Quand on repart aux origines de la saga, on se dit bien qu’il ne peut pas en aller autrement. Aux origines de la saga, il y a un rêve que Jeaniene Frost a fait dans son adolescence. Elle a rêvé de Cat et Bones et au réveil, en essayant de se rappeler son rêve, la seule chose dont elle se souvenait c’était qu’elle était hybride, que lui était un vampire et qu’il était furieux contre elle car elle l’avait quitté des années auparavant. Il l’avait cherchée depuis tout ce temps et elle, elle l’aimait toujours, mais elle ne pensait pas que leur relation pouvait marcher.
En gros, Au bord de la tombe est sorti car elle voulait répondre à ces questions : «Qui sont ces gens, pourquoi l'a-t-elle quitté alors qu’elle l’aime encore, pourquoi pense-t-elle que leur histoire est vouée à l’échec? Quel genre de personnage est-il pour la chercher ainsi pendant si longtemps ? Vampire, hybride, comment tout cela est même imaginable ?» .
Elle a donc répondu aux comment et aux pourquoi qui lui trottaient dans la tête et son premier roman a surgi de cette réflexion. Cette situation tragique entre deux amoureux, qui correspond au deuxième tome, est ce qui a donné naissance au reste de la saga. Alors bottage de fesses oui, mais bottage de fesses à deux car il s’agit bien là d’un couple de héros et non pas d’une héroïne solitaire.

Un seul coup d’œil aux couvertures de la saga nous prouve que Catherine n’est pas la seule tête d’affiche. Bien que la saga s’appelle Chasseuse de la nuit, elle partage son succès avec Bones. Kate Daniels, Charley Davidson, Kara Gillian sont seules sur la couverture, mais pas pour Chasseuse de la nuit ! On parle d’abord des aventures de Cat et Bones, Criscat pour les intimes.
Toutefois, Cat est vraiment le départ de tout et cela reste son histoire, elle a une personnalité et une vie en dehors de Bones. Elle a ses propres démons et c’est tout le temps à elle qu’on s’en prend et à ses amis même si à travers elle c’est son couple que l’on menace. Elle va se faire torturer, enlever, mutiler, on va essayer de la tuer à de nombreuses reprises et c’est ensemble en tant que couple qu’ils vont s’en sortir, c’est pour leur propre bonheur qu’ils se battent. La saga met donc en scène un tandem, Cat n’est pas seule sous les spotlight. La romance n’est en aucun cas secondaire, elle est le ciment de l’histoire.

La Romance passe toujours en second plan dans la Fantasy Urbaine. Qu’on soit fan de Mac, Mercy, Anita… les choses se passent très lentement car finalement, être amoureuse c’est être normale et c’est en tout cas la tentative d’avoir une vie normale, sauf que quand on est une nécromancienne on a toujours plein de problèmes et la vie sentimentale passe au second plan. On attend parfois 3, 4, voire 5 tomes avant qu’il se passe un truc un peu croustillant entre l’héroïne et le perso masculin. En ce qui nous concerne, Jeaniene Frost sort totalement des sentiers classiques de la Fantasy Urbaine. Dans Chasseuse de la nuit les intrigues tournent autour du couple formé par Criscat, autour des problèmes et des défis classiques d’un couple lambda. La belle-mère pénible qui n’accepte pas son gendre, les ex qui essaient de vous remettre la main dessus maintenant que vous êtes casée, le mariage, les ruptures et déceptions qui sont les tracas quotidiens d’une relation classique. Mais bien évidement, quand on assaisonne ces tracas à la sauce surnaturelle, ça nous donne des situations explosives.
Chaque tome reprend une de ces situations et l’intrigue se développe autour des problèmes de couples. Un petit ami vampire qui vous kidnappe ? Tome 4. Les débuts d’une relation et l’apprentissage de la confiance ? Tome 1. Une belle mère qui veut vous tuer ? Tome 2. Etc…. Donc au final, Chasseuse de la nuit c’est l’histoire d’un couple comme vous et moi à la différence près que ce sont des vampires qui évoluent dans un monde paranormal.

Et Jeaniene Frost parvient aussi à humaniser le monstre, à rassurer l’hybride.
Pour Bones : Doter une créature non humaine de sentiments c’est l’humaniser. Ça parait tout bateau à dire mais c’est vraiment le cas ici. Et d’autant plus quand ce sont des sentiments amoureux. La colère, l’agressivité, la possessivité, la faim et la soif de dominance ça marche pour les animaux comme pour les vampires mais dès qu’on passe dans le domaine de l’amour et de la passion, on fait de l’animal un être humain. Mais on ne veut surtout pas en faire un héros romantique à la Edward Cullen attention ! Passionné oui mais comme une bête ! Humain oui, mais vampire avant tout et la passion dans le sexe ça marche aussi croyez-nous !
Pour Cat : La romance permet à l’hybride de tenter de conserver une vie normale. Quand on s’y penche d’un peu plus près, on se rend compte que dans la saga, la romance fait partie du processus d’évolution du personnage de Catherine. Dans le tome 2 : elle a quitté Bones car elle n’accepte pas son caractère immortel, elle est persuadée qu’ils sont incompatibles. Elle tire une croix sur lui et essaie de refaire sa vie. Elle se trouve une meilleure amie, un petit ami mortel car elle refuse sa part d’anormalité et veut se fondre dans le moule. Et c’est ça la romance, c’est tenter d’avoir une vie normale, une part d’humanité quand on est un monstre.

A partir du moment où Cat embrasse son destin, où elle arrête de voir sa love story comme une tentative d’avoir une vie normale dans un mode paranormal, elle va y consacrer moins de temps et on a un sixième tome 100% Fantasy Urbaine où Cat et Bones passent au second plan. C’est l’évolution du personnage. Avant, elle a des préjugés sur les vampires, elle refuse cette part d’elle et inconsciemment, elle rejette cette part de Bones. Pour parvenir à accepter ce qu’elle est, elle a eu besoin de temps et ça a été un parcours initiatique qui a commencé dans le tome 3 : Ça commence au tome 3 avec le « que choisis-tu d’être » de Vlad et ça se termine dans le tome 4 quand elle accepte d’être un full vampire et qu’elle prend pleinement conscience de ses pouvoirs. Les choses changent, dans la narration et dans l’histoire également. L’amour humanise, l’amour est un sentiment humain. A partir du moment où elle rejette cette part d’elle-même, elle va s’occuper de ses histoires de vampires et de fantômes et la romance va passer au second plan. 
Mais bien sûr, la romance ne passe pas que par des «je t’aime mon amour», merci bien ! Qui dit couple dit sexe, et de ce côté-là ça croustille dans tous les tomes et dès le premier. Le fameux chapitre 32 du tome 2 une institution pour tous les fans. Et c’est aussi ça la romance, ces moments d’intimité. Mais que le fait que ce soit de la Fantasy Urbaine romancée ça donne un sens et une crédibilité aux moments d’intimité. Cat n’est pas une héroïne qui ouvre ses cuisses pour le premier venu car elle a l’ardeur aux fesses. Non, tout est mû par l’amour et c’est ça qui fait tout. Qui dit amour ne veut pas dire cucul... S’il y a bien quelque chose que la Fantasy Urbaine nous apprend, c’est que chez les immortels il n’y a pas de place pour la routine. Ils se cherchent, se séduisent, même une fois mariés la formule explosive des débuts marche toujours. En même temps, avec un héros chaud comme la braise comme Bones, il ne pouvait pas en aller autrement !

Mais laissons Cat et Bones de côté pour nous intéresser aux autres héros de la saga. L’auteur de Fantasy Urbaine Jeannie Holmes a dit  «La Romance Paranormale et la Fantasy Urbaine partagent 90% de leur ADN», et cela, comme on vient de le voir, Frost l’a bien compris. Il y a encore une des particularités de la Romance Paranormale que l’auteur a réussi à intégrer subtilement dans sa saga, c’est le concept de : 1 héros, 1 tome. 
On peut le voir chez Kenyon, Singh, Adrian  Ivy… Chez Ward, dans La confrérie de la dague noire, sur les 10 tomes qui sont sortis en France, on retrouve un héros différent, une intrigue différente et une nouvelle héroïne à chaque livre. Les tomes précédents mettent souvent en branle des personnages secondaires qui auront la chance après d’être les héros de leurs propres histoires. Jeaniene Frost a essayé et réussi à intégrer cette particularité grâce à ses spin-off. Ce sont des histoires dérivées de la saga principale et qui mettent en scènes des perso secondaires dont les histoires ont commencé à être abordées précédemment.  Ainsi, Spade le meilleur ami de Bones ou encore Mencheres son grand-père (qui n’a de grand-père que le nom) ont eu le droit à leur roman et Vlad a eu quant à lui une trilogie entière et Frost nous laisse espérer qu’on en aura un 4ème en 2014. 
La première goutte de sang et L’étreinte des Ténèbres (les histoires dérivées de Spade et Mencheres) respectent toutes les caractéristiques de la Romance Paranormale. La narration est à la 3ème personne et l’intrigue de base n’est qu’une toile de fond qui permet aux personnages de se rapprocher. Comme ce sont des one-shot, on a également 2 fois plus de sexe que dans 1 tome de la saga principale. Là où on a 40% action 60% romance dans Chasseuse de la nuit, on a 30% action 70% romance dans les spin off. Pour la trilogie sur Vlad et Leila, c’est encore autre chose et on est bien  incapable de dire s’il s’agit de Romance Paranormale ou de Fantasy Urbaine car tous les codes se mélangent pour former une saga délicieuse qui a d’ailleurs d’ailleurs remporté le prix Romantic Times de la meilleure romance vampirique 2012.

Jeaniene Frost décrit elle-même sa saga comme une «Fantasy Urbaine Romancée» et c’est véritablement ce qu'elle est. Elle a créé un style bien à elle à la frontière des deux genres, un style hybride tout comme son héroïne.

Pour poursuivre, c’est posée la question de savoir s’il y avait des spécificités dans la romance paranormale quand elle est écrite par des français. S’il faut respecter les codes anglo-saxons de la Romance Paranormale pour écrire… C’est Adeline et Sophie qui ont bien évidement répondu à cette interrogation.

Adeline Dias est avant tout une lectrice de Romance Paranormale. Pour elle, s’il y a une spécificité française, elle vient peut-être d’une culture de l’écrit différente pour décrire notamment les sentiments. Dans Perception, Adeline, ne parle pas du tout de vampires, de garous… mais d’humains avec des capacités hors-normes. Nous avons un héros ténébreux mais humain, un univers construit sur le secret  et une héroïne qui y tombe dedans soudainement.

Sophie Jomain a ensuite pris la parole. Felicity Atcock ne répond absolument pas aux codes anglo-saxons du genre. Elle avait envie d’une anti-héroïne, d’un héros super sexy mais insupportable. Quelque chose en fait qui nous corresponde.
Dans Les anges mordent aussi, Felicity débarque dans un nouvel univers, elle se réveille soudainement dans une chambre d'hôtel avec une belle morsure au cou et quatre préservatifs usagés, puis apprend que des vampires se réveillent dans son jardin…
Par contre, pour sa série de Young Adult, Les Etoiles de Noss Head, elle a au contraire complètement suivi les codes anglo-saxons du genre. Une jeune fille qui est obligée de vivre dans un endroit qu’elle déteste, un garçon mystérieux et fascinant… Le mythe du vampire est revisité, il vit la journée tout simplement parce que les adolescents n’ont pas le droit de sortir le soir et il faut bien que le lecteur puisse s’identifier aux héros. Mais il y a une vraie French Touch tout de même. Les codes sociaux ne sont pas les mêmes. Exit le puritanisme, les notions religieuses d’abstinence, non, en France, la Romance Paranormale nous ressemble, avec des jeunes femmes de chez nous.
C’est la révolte qui a poussé Sophie à écrire après l’arrivée du phénomène Twilight, il n’y avait rien de comparable en France et c’est par chauvinisme qu’elle s’est lancée dans les Etoiles de Noss Head.
Ce que l’on peut parfois reprocher aux américaines, c’est d’écrire de manière un peu mécanique ( il y a des cours d’écriture, des ateliers où même les auteurs connus et reconnus se rendent) et du coup, cela manque parfois d’émotion, les héroïnes sont un peu trop lisses et prévisibles alors que les héroïnes françaises sont bien plus surprenantes.

Enfin, c’est Florence Lottin qui a pris la parole pour nous offrir le regard d’une éditrice sur la Romance Paranormale.

C’est Twilight, qu’on aime ou pas la série, qui a vraiment donné son essor au genre en touchant non seulement le lectorat habituel mais aussi celui qui avec Edward et Bella découvre la RP. C'est vraiment Twilight qui poussé les éditeurs à investir dans le genre.
Si pendant longtemps il y a eu peu d’auteurs français de Romance Paranormale publiés, c’est que tout simplement il y a dix ans, les auteurs étaient peu nombreux et les romans pas franchement aboutis. Mais ce n’est plus le cas, il y a une véritable d’auteurs français de talent, avec une belle plume, un univers particulier et qui parviennent à exprimer des émotions.
De même, les lecteurs aussi ont évolué. Avant, ils évitaient les auteurs français en pensant que les livres n’étaient pas terribles mais ce n’est plus le cas aujourd’hui. Si c’est bien écrit, original, le lecteur aime, peu importe si l’auteur est français ou pas.
Du côté des ventes, on assiste à un ralentissement après l’explosion d’après Twiligth. Sans doute un phénomène de saturation. Aujourd’hui, c’est la romance érotique qui est à la mode. Heureusement, cela n’empêche pas les éditeurs de défendre la RP et de continuer à nous en offrir !

Enfin Valérie, en guise de conclusion, a demandé à chacune qu’elle était sa série de Romance paranormale préférée.
Pour Florence, ce sont les séries de Karen Marie Moning (Les Highlanders)
Pour Karen, forcément la Confrérie de la Dague Noire mais aussi Les ombres de la nuit de Kresley Cole.
Pour Aurélie, c’est aussi la Confrérie, Chasseuse de la nuit étant une série de Fantasy Urbaine
Pour Adeline, encore la Confrérie (oui oui oui, on les adore nos Frères)
Pour Sophie, elle ne l’a pas encore trouvée mais elle aime beaucoup les Cole !

Cela aurait pu en rester là mais il fût aussi question de Dino Porn, du potentiel érotique d‘un T-Rex, de jeunes filles de la préhistoire en bikini so sexy qui rêvent de la langue d’un pterodactyl… bref d’un délire total. De quoi finir comme cela avait commencé, dans la bonne humeur !

Un grand merci à vous les filles pour ce bon moment aussi instructif que drôle !   

Pour voir l'intégralité de la Conférence en vidéo (Merci Fabiola et Hannah !!! biiienn)  :
     





Dernière édition par Fariboles le Lun 18 Nov - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Delphine
Admin
Admin
avatar

Messages : 2189
Date d'inscription : 27/06/2012
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: Conférence sur la Romance Paranormale au Salon du Fantastique de Paris   Mer 6 Nov - 23:54

Une vraie bonne conférence comme on aimerait en avoir plus souvent ! C'était extra, bravo !

J'en profite pour ceux qui passent là et qui ne connaîtraient pas Jeaniene Frost... lisez Criscat!! sait-on jamais sourie

_________________


Dernière édition par Delphine le Jeu 7 Nov - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cindy_vw

avatar

Messages : 562
Date d'inscription : 02/09/2013
Age : 35
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Conférence sur la Romance Paranormale au Salon du Fantastique de Paris   Jeu 7 Nov - 9:00

Très chouette compte rendu, merci !!
Yep, j'ai bien l'intention aussi de découvrir Criscat sourie (je ne connaissais pas ce surnom ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
http://cindyvanwilder.wordpress.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Conférence sur la Romance Paranormale au Salon du Fantastique de Paris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Conférence sur la Romance Paranormale au Salon du Fantastique de Paris
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salon Jeu et jouet Paris hall de la villette
» Salon d'art fantastique
» Salon du livre de Paris (18/21 mars 2011)
» L'ACRMP au Salon des maires, à Paris, porte de Versailles 17,18 et 19 novembre
» Le Rocambole au salon du livre de Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Evénements & Co :: Salons-
Sauter vers: