AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec Sylvia Day – 24 mars 2013

Aller en bas 
AuteurMessage
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11935
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Rencontre avec Sylvia Day – 24 mars 2013   Ven 29 Mar - 12:26

Rencontre exceptionnelle avec Sylvia Day


Les éditions J’ai Lu nous ont fait l’immense plaisir d’inviter Sylvia Day, l’auteure de la série à succès Crossfire, à l’occasion du Salon du Livre de Paris.

L’auteure américaine a participé dans la journée du samedi à une conférence sur La Romance dans tous ses ébats, avant de se prêter à une séance de dédicace. Des centaines de personnes se sont déplacées pour l’occasion, et il lui a été malheureusement impossible de dédicacer tous les romans des personnes présentes.
Le dimanche, après une nouvelle séance de dédicaces, l’auteure a participé à une rencontre-interview avec des bloggeurs dont nous avons eu la chance de faire partie.
Voilà essentiellement ce qu’il en ressort…


Lors de la séance de dédicace du samedi, la rumeur a courru qu’il ne s’agirait pas au final d’une trilogie. Rongés pas la curiosité et les spéculations en tous genres, il était donc évident que cette question serait soulevée en premier.
Sylvia Day nous a en effet confirmé qu’il ne s’agirait pas d’une trilogie et que –même si l’éditeur l’a précisé lors de sa campagne de promotion – il n’en a jamais été question. Au départ, avec son éditeur américain, seuls deux livres étaient prévus. Mais en cours d’écriture, elle s’est rendue compte que son histoire était très loin d’arriver à sa conclusion et qu’il faudrait bien plus de tomes, quatre, voire plus.
N’oublions pas en effet que dans ses romans les personnages secondaires sont très présents et sont développés comme des protagonistes à part entière de leur histoire. Et la série devrait voir la conclusion non seulement de la romance de Gideon et d’Eva mais aussi d’autres personnages, comme Cary ou Gillian.
C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle ne souhaite pas une adaptation cinématographique de la série – comment aborder de façon complète cette diversité ? – mais plutôt une série télévisée avec par exemple des épisodes centrés sur les personnages secondaires. Seule une série pourrait retranscrire fidèlement la diversité et la complexité des histoires.

Il lui a été également demandé pourquoi les héros masculins sont si souvent idéalisés dans les grandes romances érotiques. Ils sont riches, beaux, charismatiques et dominateurs et on s’éloigne rarement de ce schéma.
Sylvia ne pense pas que Gideon (Guidéone – je n’en revient toujours pas de cette prononciation, mais au final c’est très beau !) soit vraiment idéal et idéalisé. Il est bourré de défauts et rongé par ses traumatismes. En fait il ne nous paraît idéal que parce qu’il est justement perfectible. La perfection n’est pas attirante, les défauts et la possibilité de devenir meilleur, si.
Et justement pourquoi écrire sur deux personnages sexuellement abusés ?
Il s’agit de son 16e roman. Au début ses histoires étaient plutôt traditionnelles mais là elle a voulu aller plus loin. Ce qui l’intéresse ici c’est de chercher comment deux personnes aux côtés sombres si prononcés peuvent parvenir à construire une relation stable et saine, comment dépasser ses terreurs pour parvenir au bonheur. Le deuxième tome est justement celui qui explore leurs côtés sombres. C’est celui qui a été le plus difficile à écrire, le plus intense. Elle était elle-même bouleversée par ce qu’elle écrivait, par ce que ses personnages vivaient. Ça la mettait dans des états pas possibles au grand amusement de son entourage.
D’ailleurs, alors qu’auparavant, elle écrivait plusieurs romans en même temps, pour Crossfire, elle s’est consacrée entièrement à chacun des tomes, complètement immergée dans son univers.

Le personnage de Cary lui est venu spontanément et il est incontournable dans la série. En fait, avant d’entamer la série, elle a fait beaucoup de recherches sur les traumatismes et les comportements autodestructeurs et il lui semblait intéressant de confronter plusieurs types de réactions. On a d’un côté Eva, qui essaye de se recontruire et qui y parvient plutôt bien même si elle est toujours en proie à des terreurs nocturnes et à un manque de confiance en elle. Et de l’autre, on a Cary, qui continue à se détruire, comme s’il était persuadé que ce qu’il a vécu ne lui donne pas droit au bonheur. Cary est en quelque sorte un anti-Eva.


Sylvia Day est une auteure très prolifique et Crossfire est loin d’être sa première œuvre. Ses ouvrages sont dans l’ensemble très érotiques, ont quasiment tous un côté sombres mais ne se finissent pas tous avec un happy end. D’ailleurs certaines de ses romances sortent de l’ordinaire puisqu’elles ont des trios en protagonistes principaux.
Une de ses constantes aussi, c’est que tous ses héros ont un côté animal très prononcé, sauvage et indompté, tout simplement parce que c’est ce qui l’attire personnellement.

Sylvia nous a aussi fait part de ses réflexions sur le marché de l’édition aux Etats Unis. C’est un marché énorme et pour preuve les chiffres de la Romance Writers of America. C’est une immense organisation qui compte plus de 10 000 membres. D’ailleurs Sylvia a l’immense honneur d’en assurer la présidence en ce moment ! Elle a juste halluciné quand elle l’a appris. L’organisation compte tellement d’auteurs de talents et c’est elle qu’on a choisi !
L’avantage de l’auto-édition (Dévoile-Moi a été auto-publiée) c’est que l’auteur peut avoir une relation directe avec le lecteur sans passer par un éditeur qui lui dicte sa voie.
Les éditeurs ont longtemps été trop directifs, censurant des thèmes, interdisant d’aller trop loin dans d’autres de peur de choquer les âmes bien pensantes. Aujourd’hui, avec le plus grand nombres d’auteurs qui s’auto-publient, les éditeurs sont obligés de devenir plus souples. Ils se rendent de plus en plus comptes des possibilités qu’ils ratent.
Et elle a conclut en disant qu’il s’agissait d’une époque merveilleuse pour les livres, les auteurs, les éditeurs et les lecteurs.

Que pense-t-elle de Fifty Shades ?
Elle a esquivé son avis personnel pour dire d’emblée qu’il est génial dans le sens où il a amené de nombreux lecteurs à la lecture.
Il en est de même d’ailleurs pour la nouvelle mode du New Adult qui explose aux Etats Unis et qui ont créé un nouveau lectorat.
Du coup, avec les livres féminins (quels que soient les genres), le lectorat est devenu si nombreux et si large, l’argent généré si énorme, qu’on ne peut passer à côté aujourd’hui et qu’ils sont de plus en plus considérés. D’où la période merveilleuse pour la romance…

Envisage t-elle d’écrire du point de vue de Gidéon ?
Elle a essayé et cela lui a été impossible, c’est trop difficile de se mettre à sa place, de dévoiler ce qu’il y a dans sa tête. Mais elle ne perd pas l’espoir d’y arriver un jour, qui sait. Par contre ce qu’elle ne fera clairement jamais c’est réécrire les premiers tomes du point de vue de Gidéon. Elle aurait trop honte de demander aux lecteurs de payer une nouvelle fois pour une même histoire même si c’est d’un point de vue différent.

Pourquoi ce prénom de « Gidéon » ?
Pour chaque nouveau roman, Sylvia Day fait une liste de prénoms potentiels et en choisit un après coup. Et là Gidéon lui a tout de suite sauté aux yeux. Elle en aime la sonorité et aussi la signification puisqu’il se traduit littéralement par « celui qui élimine ses ennemis ».
Elle a conscience qu’il n’a pas fait l’unanimité et à chaque fois qu’une lectrice lui fait part de ses doutes quant à ce prénom elle répond : Mais non, il est tellement sexy !


Se censure-t-elle elle-même pour les scènes de sexe ? Non pas vraiment mais par contre il lui arrive de s’étonner elle-même. Elle écrit des scènes parfois très crues et ce n’est que quand elle se relit qu’elle se dit : « whaouah je n’ai pas pu écrire ça », en rougissant.
Ce qui est sûr en tout cas c’est que chaque scène de sexe a son utilité dans l’avancement de l’intrigue. Elles ne sont en aucun cas interchangeables. Et s’il lui arrive d’ôter certaines scènes qu’elle a écrite parce qu’elle trouve au final qu’elles arrivent trop tôt ou qu’elles ne sont pas appropriées, elles ne les conservent pas pour les placer plus tard mais les met plutôt sur son blog en tant que scènes coupées.
Elle a conscience que l’érotisme est devenu une mode ce qui la fait rire car elle en écrit depuis longtemps. Par contre elle n’est pas du tout attirée par le SM car le sexe doit permettre avant tout d’avoir des connexions émotionnelles, ce qu’elle ne parviendrait pas à retranscrire en écrivant des relations BDSM avec des scènes de douleurs. Certes, il y a des relations de domination/soumission dans ses romans, mais on est très loin du vrai BDSM !
Elle a rappelé aussi qu’avec le succès de Fifty Shades, fleurissent d’innombrables romans érotiques pour surfer sur la vague, mais beaucoup ne sont pas des romances érotiques. Et du coup de nombreux lecteurs se disent déçue. Elle considère donc que c’est là que les blogs doivent vraiment intervenir et pointer pour les lecteurs ce qui relève de la romance ou pas, pour aider les lecteurs à choisir parmi les centaines de parutions et leur dire à quoi ils doivent s’attendre.
Elle déteste l’expression de « Mommy Porn » et ce que ça suggère pour les femmes. Comme s’il fallait dissocier vie de famille et vie de femme épanouie. Elle déteste aussi quand certaines lectrices viennent la voir et lui disent qu’elles préfèrent tellement lire ses livres plutôt que coucher avec leurs maris ! Il ne faut pas confondre fantasme et réalité. Elle a précisé que son mari est très loin d’être un Gidéon Cross mais qu’elle partage avec lui des sentiments et des désirs aussi forts qu’entre Eva et Gidéon. On ne tombe pas amoureux de corps mais de personnalités, d’idées.
Elle apprécie beaucoup les romances érotiques modernes qui mettent pour la plupart en scène des femmes épanouies, en phase avec leur temps, qui n’ont pas besoin d’un homme pour se sentir complètes. Ce sont des femmes qui ont fait des études, ce sont construites elles-mêmes avant d’entamer une relation durable. Et c’est le cas tout simplement parce qu’il en est de même aussi pour les auteures.
Pour autant, malheureusement, même aux Etats Unis, la romance n’est pas considéré encore comme de la vraie littérature. Et le fait qu’elle représente plus de 50% des livres vendus n’y changent pas grand-chose dans les hauts milieux intellectuels. Et on entend encore trop souvent des réflexions du genre « tout le monde peut écrire ça… ». C’est pourquoi il faut continuer à mettre en scène des héroïnes de plus en plus intelligentes et accomplies. Eva est une femme intelligente et c’était très important pour elle qu’elle le soit. Elle ne tombera par exemple jamais enceinte par accident…


Ses auteurs préférés sont Lisa Kleypas, Nalini Singh, Nora Roberts et Patricia Briggs (une femme de goût ). Elle n’a pas beaucoup de temps pour lire et se sent même coupable à chaque fois qu’elle lit parce que c’est un temps où elle n’écrit pas. Mais il lui est indispensable de se changer les idées en lisant ou en allant au cinéma.
Elle a lu sa première romance très jeune et s’est senti tellement bien, tellement heureuse après coup, qu’elle s’était dit d’emblée qu’il lui fallait absolument écrire pour faire naître ces mêmes sentiments chez les autres.

Sa première romance est Desert Hostage de Diane Dunaway qui raconte l’histoire d’une jeune fille kidnappée par un sheikh et qui en vient à aimer son ravisseur. C’était un roman à sa mère et lorsque cette dernière le lui avait prêté, elle lui avait souhaité de trouver un homme aussi bien que le héros.




D’ailleurs, Sylvia Day ne s’en tient pas seulement à la Romance érotique, elle a déjà écrit neuf romances historiques mais aussi des romances contemporaines et paranormales. Et Margaret, l’éditrice J’ai Lu pour elle, nous a aussitôt dit qu’elles étaient actuellement en cours de traduction !!! Yeah !



Ses romances historiques sont assez classiques dans le sens où elles prennent place au XIXe siècle, durant les périodes Régence et Georgienne. Elle a même écrit une série de Romance historique en plusieurs tomes qui se focalise sur le même couple, ce qui est loin d’être traditionnel. Ce n’était pas prévu à la base, mais en arrivant à la fin du premier tome elle s’est rendue compte qu’elle était loin d’avoir tout dit pour ce couple et que ce ne serait pas leur rendre justice que de s’arrêter là.
Ses romances paranormales ont par contre un côté thriller très prononcé, avec beaucoup de suspense.


Certains lecteurs ont noté beaucoup de points de ressemblance entre Crossfire et la série Eve Dallas de Nora Roberts.
Sylvia Day a fait remarquer que ce n’est pas la première fois qu’on lui fait cette remarque et qu’elle préfère nettement cette ressemblance à celle qu’on lui prête pour Fifty Shades et pour laquelle elle n’a qu’une réponse : Non !
Peut-être plus qu’une ressemblance entre Eva et Eve, il y a effectivement des similitides très marquées entre Gidéon et Connors. Il faut dire qu’elle est une fervente admiratrice de Nora Roberts qu’elle lit depuis toujours. D’ailleurs elle a eu l’immense honneur et la chance incroyable de la rencontrer et elle a été complètement excitée, non pas parce qu’elle la voyait d’aussi près, mais surtout parce qu’elle ressemble exactement à l’image qu’elle se faisait d’Eve Dallas !

C’est son premier séjour en France et elle est ravie de tout ce qu’elle a pu visiter. D’ailleurs, aux Etats Unis, l’une de ses villes préférées est la Nouvelle Orléans, connue pour son architecture typiquement française. Et d’ailleurs, dans le prochain tome de Crossfire, nous devrions avoir quelques scènes qui se déroulent à Paris.

Elle s’étonne chaque jour de l’immense succès de Crossfire et n’en revient pas d’être première des ventes dans de nombreux pays ou d’avoir été traduite dans de si nombreux pays. Quand elle a vu par exemple à quel point la série était appréciée en Slovénie, elle a halluciné et a pris ça tout d’abord comme une immense blague. C’est un tel honneur d’être lu et apprécié par des millions de personnes !

En tout cas nous en faisons incontestablement parties et nous sommes encore plus qu’émerveillées par notre rencontre avec cette grand dame. Elle s’est montrée humble, souriante, adorable et incroyablement intéressante. Elle sait ce qu’elle veut, elle sait où elle va, et sait le transmettre.
Nous n’avons qu’une dernière chose à dire : vivement que nous puissions découvrir ses autres romances chez J’ai lu !!!

Un énorme merci aux éditions J’ai Lu pour le travail remarquable qu’ils ont fait pour la visite en France de Sylvia Day, et tout particulièrement à Silvana et Fanny ! C’était trop bien !!!



Photo de ABFA



Dernière édition par Karen le Mar 2 Avr - 22:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Delphine
Admin
Admin
avatar

Messages : 2189
Date d'inscription : 27/06/2012
Localisation : Essonne

MessageSujet: Re: Rencontre avec Sylvia Day – 24 mars 2013   Ven 29 Mar - 15:15

Mon dieu comme j'adore ses réponses!! Elle est vraiment géniale! Je suis encore plus curieuse de découvrir ses autres romances trop la classe

_________________
Revenir en haut Aller en bas
didilafana

avatar

Messages : 1850
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 29
Localisation : Saône et Loire

MessageSujet: Re: Rencontre avec Sylvia Day – 24 mars 2013   Dim 31 Mar - 14:28

Merci pour ce contre rendu.
C'est vraiment sympas, surtout pour des personnes comme moi qui n'ont pas pu y aller. biiienn

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec Sylvia Day – 24 mars 2013   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec Sylvia Day – 24 mars 2013
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avaricum , 30 et 31 mars 2013
» spectacle à Lille le 16 mars 2013
» Challenge Visiteurs du 15 au 31 mars 2013
» salon modelisme 2-3 mars 2013
» Assemblée Générale de la Sidi-Brahim de Metz (24 mars 2013).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Evénements & Co :: Rencontres d'Auteurs / Dédicaces-
Sauter vers: