AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012

Aller en bas 
AuteurMessage
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11913
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   Lun 4 Juin - 14:41


MARY JANICE DAVIDSON AUX IMAGINALES 2012 :
UNE RENCONTRE EXTRAORDINAIRE ET MÉMORABLE


Nous avons eu l’immense plaisir de rencontrer à plusieurs reprises MaryJanice Davidson, l’auteure de Queen Betsy, aux Imaginales, à Epinal. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle a fait l’unanimité parmi tous ceux qui ont eu le plaisir de l’écouter. Elle est extrêmement drôle, exubérante, adorable, parle avec les mains en faisant d’incroyables mimiques et adore la manière française de poser des questions sans réellement en poser.
Le dimanche 3 juin, nous avons eu la chance et le plaisir d’organiser en partenariat avec les Imaginales un petit déjeuner avec MaryJanice Davidson. Prévu à l’origine pour une heure, il a duré au final près de deux heures trente et avec bien plus de monde que prévu à l’origine. Tous ceux qui ont pu rencontrer MaryJanice les jours précédents n’avaient en effet qu’une envie : la revoir dans un cadre plus intimiste et pouvoir encore profiter de sa bonne humeur. Le petit déjeuner s’est déroulé dans au restaurant bio « Sens et Découverte » où l’on a été servis royalement au grand bonheur de MaryJanice qui a tenu à goûter de tout, du munster au cumin (et oui du fromage qui pue au petit déjeuner chez les Français !) à la confiture de pissenlit ou de coing et au jus de quetsche. Ça a été une ambiance incroyable du début à la fin et on a ri comme jamais. C’était de vrais échanges, de véritables conversations, bien loin des séances habituelles de questions-réponses. D’autant plus que cela ne nous a pas empêchés d’y apprendre plein de choses. Elle a été étonnée de voir que les Français osent parler et lui demander des choses alors qu’aux États-Unis, les fans jouent souvent les timides et baissent la tête ou prennent un regard fuyant lorsqu’on demande si quelqu’un a des questions. On se souviendra longtemps de ce petit déjeuner et nous avons été d’autant plus ravies d’entendre MaryJanice nous dire à la fin qu’elle venait de passer « les deux meilleures heures de tout son séjour en France ». Nous aussi !
Quand elle a goûté la confiture de pissenlit, nous étions tous en train de la regarder à attendre le verdict. Elle s’est alors écriée : « Wouah, vous avez tous l’air si attentif », avant de faire semblant de vomir…

En train de savourer un chocolat chaud au lait entier qui n’est définitivement « pas bon pour ses hanches et son cul ». Mais bon, c’était malgré tout orgasmique.

Et le fromage qui pue...
MaryJanice Davidson est souvent considérée comme l’auteur qui a initié la Chick Lit paranormale. On sait peu de choses sur cette auteure modeste et secrète qui n’aime pas dévoiler sa vie privée. Elle vit actuellement à Minneapolis, aux États-Unis, avec son mari et ses enfants. Fille de militaire, elle a beaucoup voyagé dans sa jeunesse et s’est réfugiée dans la lecture et l’écriture. À 13 ans, elle écrivait ses premiers romans. Mais ce n’est qu’à l’âge de 29 ans qu’elle a été publiée pour la première fois et a tout de suite rencontré le succès.
Si en France on ne connaît d’elle que la série Queen Betsy, elle est en fait une auteure très prolifique qui s’adresse à un lectorat varié même si tous ses écrits relèvent du paranormal. Son intérêt pour le paranormal lui est venu très tôt. Son père était un militaire et ils devaient donc bouger très souvent. Elle a ainsi changé sept fois d’écoles en l’espace de 6 ans. Elle était très timide et solitaire et se réfugiait donc dans l’écriture. Elle écrivait beaucoup adolescente. Mais au lieu des romans d’amour traditionnels, elle écrivait surtout des histoires de vampires et de loups-garous. La première série qu’elle a écrite s’intitule ainsi Wyndham Werewolves. Depuis, elle a sorti une soixantaine de livres. Elle a notamment écrit une trilogie très populaire sur Fred, une sirène complètement déjantée. Elle n’a pas de grosse poitrine, ne sait pas chanter, est allergique aux coquillages, ne cherche pas de prince charmant et ne désire absolument pas échanger sa queue contre des jambes. Fred est en fait l’antithèse d’Ariel. Disney a voulu acheter les droits de la série pour en faire un film, tout comme ceux des Queen Betsy d’ailleurs. Mais ce sont de vrais rapaces : ils voulaient en acquérir les droits même sur les générations à venir. Les droits de toutes ses séries, sauf de Queen Betsy ont donc été vendus.
Une autre de ses séries extrêmement populaire aux États-Unis est une uchronie, c’est-à-dire une histoire qui se déroule dans un monde alternatif. Elle part du postulat que les États-Unis n’ont pas acheté l’Alaska à la Russie et que du coup l’Alaska est devenue une monarchie. Mais ce sont des monarques à l’américaine, robustes et bons vivants. MaryJanice adore les histoires de familles royales comme celles sur les Tudors ou les Windsor et tenait absolument à situer la sienne dans les paysages enchanteurs d’Alaska.
Elle a écrit également une série Young Adult dont six volumes sont déjà parus. Tous ceux qui ont lu Queen Betsy savent que ce n’est pas seulement comique mais qu’on y trouve aussi de la violence et du sexe. Elle a été très choquée de recevoir des lettres de lectrices de 9-10 ans lui disant combien elles aimaient Queen Betsy. Elle est mère et n’envisage pas une seule seconde que ses enfants puissent lire ses livres à cet âge (D’ailleurs, aujourd’hui, alors que sa fille est en âge de les lire, elle a refusé car elle ne veut pas lire des scènes de sexe écrites par sa mère et inspirées de sa vie conjugale). C’est alors que lui est venue l’idée d’écrire une série adaptée aux adolescents, qu’elle pourrait également faire lire aux siens. À l’époque, la plupart des héros étaient des garçons, à l’image de Harry Potter. Elle a donc créée Jennifer Scales, une héroïne de 14 ans qui deux fois par mois (lors des croissants de lune) se transforme en animaux de toutes sortes. Et aujourd’hui, elle reçoit des lettres de lecteurs de 80 ans qui adorent cette série ! Du coup, la série est vendue au rayon fantasy et non plus jeunesse.
MaryJanice a bien évidemment longuement évoqué Queen Betsy. Habituellement, les vampires habitent à Chicago ou dans le Sud, mais ici c’est à Saint Paul (Minneapolis). C’est tout simplement parce que c’est là qu’elle vit avec sa famille et que « son immense paresse » ne l’a pas poussée à faire des recherches sur un autre lieu. Et puis, après tous les déménagements de sa jeunesse, elle s’est vraiment prise d’affection pour cette région. Qui plus est, les États-Unis ne se limitent pas à New York ou Los Angeles, même si nombre de leurs habitants le pensent. D’ailleurs, beaucoup de personnes sont venues la voir en disant qu’elles ne sont pas particulièrement friandes des histoires de vampires et des livres écrits à la première personne, mais elles étaient tellement intriguées par une histoire se déroulant à Minneapolis qu’elles ont lu la série et ont au final adoré.
Les vampires de MaryJanice Davidson sont assez traditionnels : à part Betsy, ils ne peuvent sortir à la lumière du jour, doivent se nourrir exclusivement de sang, craignent les crucifix et l’eau bénite. Il y a quelque temps, un lecteur lui a demandé pourquoi est-ce que ses vampires ne craignaient que les symboles religieux chrétiens et pas les autres. Réagiraient-ils de la même manière avec une étoile de David (juive) ou un signe bouddhiste ? Cette question l’a énormément interpellée et elle s’en est voulu de ne pas y avoir pensé plus tôt. Il est certain que ce sera introduit dans les prochains tomes !
Il y a incontestablement beaucoup d’elle dans Betsy. Comme elle, elle a longtemps exercé des « boulots de merde » et a manqué d’argent. Donc elle sait ce que c’est que de ne pas vivre dans l’opulence. D’ailleurs, souvent, lors des dédicaces, elle répète à ses lecteurs qu’il n’est pas absolument nécessaire d’acheter ses livres et qu’ils peuvent aller les emprunter à la bibliothèque. Au grand dam de son éditeur on se doute bien. C’est qu’aux États-Unis, ses romans paraissent d’abord en grand format avec une couverture rigide et reviennent donc à 25 dollars. De ce fait, elle cherche avant tout à intégrer dans ses romans des gens « normaux » auxquels tout le monde peut s’identifier.
Et de rajouter : « Ce qui est amusant, c’est que j’ai eu l’idée de Queen Betsy vraiment par hasard. Je me suis réveillée un matin avec l’envie d’écrire sur une personne ordinaire, une secrétaire, une serveuse… à qui il arrive des choses extraordinaires et qui devient une vampire. Et je voulais aussi que même après sa mort et son retour, elle reste la même avec ses problèmes d’argent, sa famille, son caractère et son obsession pour les chaussures de luxe ! Je ne savais pas alors que cette idée allait changer ma vie, celle de ma famille et que je venais d’inventer une nouvelle catégorie de romance avec la Chick-lit paranormale. Bram Stoker a réinventé le mythe du vampire mais du vampire sérieux, riche, cultivé. Queen Betsy est tout sauf cela. Quand on me dit « Waouh, Queen Betsy est vraiment géniale, drôle… » et que l’on en parle comme d’une vraie personne, j’ai envie de dire « Eh les gars, faut se calmer, Betsy est surtout une fille stupide et c’est un personnage, elle n’existe pas !!! » Et de finir (en nous regardant) par : « Je crois que c’est la première réponse intelligente que je donne à une question de toute la matinée ! J’espère que vous notez bien cela au lieu des autres réflexions débiles »
Mais pourquoi Elizabeth Taylor ? Eh bien tout simplement parce qu’elle s’est mise à l’écriture de la série au moment de la mort d’Elizabeth Taylor. Et on en parlait partout : dans les médias, autour d’elle, et elle recevait même des lettres de lecteurs qui se disaient affligés par sa mort. Et elle avait envie de hurler, de lire « ok c’est bon elle est morte, pas la peine de saouler tout le monde avec ! » Et puis, elle s’est dit que c’était une bonne idée que d’appeler son héroïne ainsi, surtout si ça lui permettait de gagner plus d’argent. Elle adore aussi la couleur violette, c’était une manière de rendre hommage aux incroyables yeux violets de l’actrice.
Et la passion des chaussures de créateurs dans tout ça, la partage-t-elle avec Betsy ? NON ! Plus sérieusement, elle possède deux chiens et ne compte pas dépenser 300 dollars dans des chaussures avec lesquelles elle va marcher dans de la merde. Dans toutes les rencontres avec les lecteurs, l’une des premières choses qu’ils font, c’est regarder ses chaussures, ce qui l’oblige à soigner constamment sa pédicure.
À la fin du premier tome, la créatrice Beverly Feldman est citée. Son assistante, fan de Queen Betsy, est allée lui en parler. Et un jour, MaryJanice reçoit un de ses coups de fil et, persuadée que c’était une blague qu’on lui faisait, a accepté de donner sa pointure et son adresse. Trois jours après, elle reçoit un colis énorme (son fils de 6 ans pouvait jouer dedans) dans lequel se trouvait une douzaine de boîtes de chaussures. Les boîtes seules étaient des œuvres d’art et elle les a précieusement gardées. Quant aux chaussures, elles étaient sublimes et la paire la moins chère valait 300 dollars. Le soir, lorsque son mari est rentré, elle lui a fait croire que c’était elle qui les avait achetées mais qu’il n’avait pas à s’en faire parce qu’elles étaient soldés. Il a failli en faire une attaque. Elle a reçu par la suite un autre appel de Beverly Feldman lui disant qu’il ne s’agissait que de la collection d’hiver et qu’elle comptait bien lui envoyer celle d’été. Mais elle a refusé car elle n’en a pas l’utilité (aujourd’hui, c’est sa fille de 17 ans qui les porte lors des soirées). Ses copines en ont été horrifiées et lui en ont voulu pendant longtemps. Elle aurait pu mentir et lui donner leur pointure ! Mais elle ne trouve pas ça honnête de profiter ainsi de la créatrice. Ce n’est pas parce qu’elle évoque aussi des McDo dans ses livres qu’il faut qu’elle reçoive des milliers de Big Macs !
Lors des dédicaces, certains de ses lecteurs enlèvent leurs chaussures pour les lui montrer, voire même les faire signer, ce qu’elle trouve complètement débile. Mais bon, quand elle voit ce que Laurel K. Hamilton doit subir avec les siens, elle ne va pas s’en plaindre. La série des Anita Blake est bien plus « chaude » et de nombreuses fans soulèvent carrément leur pull pour qu’elle écrive sa dédicace sur leur poitrine…
La famille de Betsy est pour le moins très peu conventionnelle. Elle a un père démissionnaire qui a plaqué sa mère vieillissante pour épouser une femme bien plus jeune, Anthonia, alias le thon. Elle a aussi une demi-sœur qui n’est autre que la fille de Satan. Du coup, Betsy s’est constituée sa propre famille avec des gens qu’elle a choisis. Jessica est noire tandis que Marc est gay et elle a souvent reçu des remarques comme quoi ce sont des représentants de minorités qu’il faut absolument placer dans des romans aujourd’hui pour faire politiquement correct. Mais pas du tout. Ce sont juste des images de ses propres amis à elle à qui elle est vraiment attachée. D’ailleurs, elle a souvent été félicitée aussi car ce ne sont pas des caricatures. Jessica est plus riche que Bill Gates et que Marc est un médecin très loin de la grande folle.
Laura -sœur de Betsy- est une sorte d’anti antéchrist car elle refuse sa filiation démoniaque et voue sa vie aux bonnes œuvres. Dans un des tomes qui n’est pas encore paru en France, des adeptes de Satan viennent la débusquer et Laura s’empresse d’aller les faire travailler à l’Armée du Salut.
Le thon a été l’un des personnages qu’elle a préféré écrire. Elle a adoré créer ce personnage tellement mauvais que personne ne s’est rendu compte qu’elle a été possédée par le diable durant un an. MaryJanice a toujours eu beaucoup d’humour et pense qu’on peut rire de tout, même de la méchanceté et de la mort.
Si 6 tomes de Queen Betsy ont été édités en France, aux États-Unis, le 11ème vient tout juste de paraître et elle a déjà signé pour deux autres. Il reste donc encore aux Français de nombreuses aventures de leur vampire préférée à suivre… Elle nous a assuré qu’une prochaine aventure de Queen Betsy se déroulera à Paris où elle pourra faire une overdose de shopping.
Durant ce séjour, elle a longuement discuté avec les représentants de Milady pour essayer de trouver comment booster les ventes et faire en sorte que ses autres séries puissent être traduites et publiées. Et là une idée géniale lui a été soumise qu’elle regrette de ne pas avoir eu plus tôt et qu’elle va utiliser dans les 14 pays où elle est publiée : commencer le prochain tome par un édito spécialement décerné au lectorat français. Ça ne lui prendra qu’une heure de sa vie et elle adore le concept.
Elle adore les couvertures françaises qui font incontestablement parties des plus belles avec les anglaises. Elle est admirative devant la qualité des dessins et leur pertinence, surtout qu’elle est absolument nulle en dessin. On est loin du temps des couvertures avec Fabio torse nu tenant entre les bras une jeune femme alanguie entre ses bras, du genre de celles des romans qu’elle lisait adolescente, certaine d’y trouver du sexe ! En voyant le prix en euros, elle s’était dit que ce n’était pas cher avant de faire la conversion. Ça lui a rappelé la première fois qu’elle a vu le prix inscrit derrière les éditions thaïlandaises : trois millions de Bat ! Elle s’est dit « génial, je vais devenir millionnaire », avant qu’on lui fasse la conversion et qu’on lui dise que ça correspondait à 9 dollars. Elle était trop dégoûtée.
On lui avait demandé d’écrire une nouvelle à insérer dans une anthologie qui comptait également Charlaine Harris et Laurel K. Hamilton. La première chose qui lui est passée par la tête est qu’obligatoirement les deux pauvres femmes avaient perdu un pari ou un tirage au sort pour l’intégrer dans leur anthologie. Ce sont deux monstres sacrées du paranormal et elle se sent encore insignifiante par rapport à elles. Un jour, à une conférence, elle a rencontré Charlaine Harris qui avait l’air incroyablement triste. Elle lui a donc demandé ce qui la minait et elle lui a répondu que le jour même avait lieu le casting de True Blood et qu’il devait choisir celle qui allait interpréter Sookie. Et là, elle s’est dit : « Sérieux ! C’est ça son problème ? Mais on rêverait tous d’avoir de tels problèmes ! » Quant à Laurel K. Hamilton, elle ne se déplace pas sans gardes du corps. Un jour en effet, elle a été violemment agressée dans les toilettes par des lecteurs qui n’appréciaient pas ce qu’elle écrivait et depuis prend ses précautions. Elle a été jalouse des stylos de prix dont elle se sert pour dédicacer et des innombrables personnes qui se déplacent pour la voir. Mais elle s’est vengée en restant collée à ses gardes du corps qu’elle trouvait trop mignons. Elle pensait les avoir saoulés mais à la fin, l’un d’entre eux lui a tendu sa carte en lui disant que si un jour elle avait besoin de ses services il en serait ravi. Mais bon, pour ne pas briser son mariage, il lui a fallu refuser… Et puis au final, elle en a profité aussi. Les fans devaient passer par sa table pour parvenir à celle de Laurell et du coup, elle a réussi à vendre tous ses livres.
Elle a fait aussi des séances de dédicace à côté de Jim Butcher qu’elle adule. Alors que la file ne cessait de s’agrandir pour l’auteur des Dossiers Dresden et qu’il n’y avait toujours personne devant elle, elle en était malgré tout ravie. D’ailleurs, elle ne pouvait s’empêcher de trouver des prétextes quelconques pour lui parler et le toucher.
Parmi tous les auteurs célèbres qu’elle a rencontrés, celle qu’elle préfère est incontestablement Christine Feehan. Elle est très humble. Comme elle, elle n’a pas été à la fac, elle est une mère et n’habite pas dans une très grande ville.
Les séances de dédicace sont très différentes en France et aux États-Unis. Aux États-Unis, cela se situe souvent dans des hôtels, dans d’immenses salles de réception, et ils sont de nombreux auteurs côte à côte à devoir signer des heures et des heures d’affilée. Alors qu’ici non. Elle a été agréablement surprise de voir qu’elle pouvait choisir ses horaires de dédicace en fonction de sa fatigue et de ses besoins, et elle a même pu y intercaler des temps de shopping, de découverte de la ville, de détente. Elle gardera vraiment un excellent souvenir de son séjour en France.
Elle est complètement jalouse du succès de Twilight. Mais ce qui l’a le plus énervée, c’est qu’en pensant vampires tout le monde pense à Twilight. Elle aime bien répéter en fait qu’elle maudit Stephenie Meyer et sa série Twilight pour avoir mis tous les vampires dans le même sac de l’imaginaire collectif. Ainsi, lors de la sortie du premier film, elle a été contactée par CNN, la grande chaîne d’information continue américaine. Elle se rappelle avoir été « ravie pendant environ huit secondes » jusqu’à ce qu’elle entende : « Eh bien, nous aimerions un autre écrivain écrivant dans le même genre pour parler du phénomène Twilight. Pouvez-vous nous parler de la façon dont les Twilight ont eu un impact sur votre propre carrière ? » Évidemment, elle a sa dignité et a failli dire non avant de se dire : « Putain c’est CNN, même s’il me demande de venir les seins à l’air, c’est clair que je me déplace ». Et MaryJanice d’ajouter, sur un ton ironique, qu’elle en a assez que certains lecteurs l’interrogent davantage sur Meyer que sur Queen Betsy : « Non, je ne l'ai jamais rencontrée. Oui, je pense que Kristen et Robert forment un couple trop mignon dans la vie réelle. (…) Euh... quelqu'un a une question sur les livres que j’écris ? » D’autant plus que quand on y pense vraiment « Edward craint vraiment. Il a plus d’un siècle et il couche avec une lycéenne ! S’il existait vraiment, il serait arrêté ! »
Quand elle n’écrit pas et ne s’occupe pas de sa famille, MaryJanice dévore les séries TV. Elle adore Game of Thrones, Sons of Anarchy, les Tudors… Avant de nous dire : « Hum ça ne fait pas très sérieux tout ça, je peux revenir sur ce que j’ai dit et mentionner l’opéra ? »
Petite anecdote de fin : le restaurant du petit déjeuner se situait tout près de l’église et un moment les cloches se sont mises à sonner extrêmement fort et MaryJanice a levé les bras aux ciel et s’est écriée : « je suis une hérétique, je vais brûler en enfer, prenez-moi mais sauvez-les !!!». Nous étions tous écroulés de rire. En tout cas, les cloches ont sonné pendant 10 mn (on a compté !) et elle ne s’en est pas plaint une seule seconde. Bien au contraire, elle l’a pris à la rigolade et s’est contentée de hausser la voix en faisant parfois des réflexions drôles sur les cloches françaises. Ça traduit complètement l’atmosphère féérique de ces rencontres avec cette femme qui est un concentré de bonheur à l’état pur.
Nous avons vraiment passé des moments magiques en compagnie de MaryJanice. Elle est incroyablement chaleureuse et gentille. Et si nous aimions auparavant la série, découvrir la femme extraordinaire qui se cache derrière nous la font désormais adorer. Il ne reste plus qu’à espérer que Milady nous offre ses autres séries qui ont l’air génialissime….
Nous tenons aussi à remercier tout particulièrement Jean Luc Riverra, modérateur des Imaginales et grand amateur de Queen Betsy pour avoir si bien mené les discussions et avoir encouragé la bonne humeur ambiante, mais aussi Jocelyne Bourbonnière, traductrice, qui a su rendre si fidèlement, lors de la table ronde, les propos de l’auteure. On sentait entre vous trois une vraie complicité, ce qui a incontestablement contribué à rendre les rencontres encore plus agréables et passionnantes. Mille mercis !

La Dream Team






Dernière édition par Karen le Mar 5 Juin - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AnZeLe42100

avatar

Messages : 2255
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 33
Localisation : saint etienne

MessageSujet: Re: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   Lun 4 Juin - 17:31

Sur l'année prochaine je viens si y a des bon auteures
Revenir en haut Aller en bas
MissJZB

avatar

Messages : 748
Date d'inscription : 05/11/2011
Age : 31
Localisation : Chez Barrons, Bouquins & Bibelots...

MessageSujet: Re: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   Lun 4 Juin - 17:39

Ah bah vu la crème de cette année, avec les Imaginales qui s'ouvrent à la bit lit et chick lit, je prendrais presque les paris pour du encore plus lourd cours

Quel salon tout de même ! Vraiment celui à ne pas rater vacances

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Angel
Modérateurs
Modérateurs
avatar

Messages : 5026
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   Lun 4 Juin - 20:58

C'était génial, il y avait une très bonne ambiance!!!! Je ne regrette pas et vivement l'année prochaine!!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11913
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   Lun 4 Juin - 22:40

Oh oui les copines! Il faut que vous soyez là l'année prochaine! on va bien s'amuser tous ensemble! Et avec de tels auteurs ça ne peut être que magique d'avance!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
AnZeLe42100

avatar

Messages : 2255
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 33
Localisation : saint etienne

MessageSujet: Re: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   Mar 5 Juin - 6:48

Tu m'etonne !! sa donne simplement envie !! j'espère que sa sera pas trop loin :D
Revenir en haut Aller en bas
didilafana

avatar

Messages : 1850
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 29
Localisation : Saône et Loire

MessageSujet: Re: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   Mar 5 Juin - 12:43

Rha sa donne envi. étoiles dans les yeu

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontres magiques avec MaryJanice Davidson aux Imaginales 2012
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MaryJanice Davidson] Queen Betsy tome 9: Vampire et déboussolée
» QUEEN BETSY (Tome 02) VAMPIRE ET FAUCHEE de Mary Janice Davidson
» [Mary Janice Davidson] Queen Betsy: Tome 6 Vampire et flippée
» QUEEN BETSY (Tome 06) VAMPIRE ET FLIPPÉE de Mary Janice Davidson
» [AIDE] HTC Titan, je suis perdu (c'était si simple avec mon HD2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Evénements & Co :: Rencontres d'Auteurs / Dédicaces-
Sauter vers: