AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 PINTO REBELO Margarida : Les filles d’Estoril

Aller en bas 
AuteurMessage
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3962
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 37
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: PINTO REBELO Margarida : Les filles d’Estoril   Mer 2 Mai - 9:12


Les filles d'Estoril
Margarida Rebelo Pinto
Sortie le 1er juin 2012
Quatrième de couverture:


Leonor et Nana, célibataires trentenaires, sont deux cousines inséparables. Comme leurs mères, des jumelles aussi proches qu’opposées, les deux jeunes femmes ne voient pas la vie de la même façon : Nana, sans attaches, collectionne les jeunes amants, indifférente aux préjuges d’un Portugal encore très traditionnel. Leonor, l’amoureuse romantique, attend toujours le prince charmant.
Mais de troublantes découvertes vont bousculer leurs certitudes : et si l’histoire familiale était à réécrire ? En démêlant ces mystères, trouveront-elles un nouvel équilibre ?
Revenir en haut Aller en bas
Fariboles
Admin
Admin
avatar

Messages : 3962
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 37
Localisation : Eure et Loir

MessageSujet: Re: PINTO REBELO Margarida : Les filles d’Estoril   Ven 18 Mai - 10:43

Mon avis :


Un très joli roman sur un pays, le Portugal et sur ses femmes, sur leurs amours, sur leur émancipation, sur l’importance de la famille et sur le poids d’un secret. Nous suivons trois générations de femmes, de mères en filles dans un pays certes en évolution mais où les mentalités ne changent pas vraiment et où le respect des convenances, de la tradition pèse toujours autant.

Margarida Rebelo Pinto nous offre une vraie fresque familiale qui s’étend du début du XXème siècle jusqu’à nos jours autour d’Estoril, petite ville du Portugal. Léonor et Nana sont trentenaires, célibataires et cousines. Si la première rêve du grand amour et s’enlise dans une relation avec Constantin, menteur, manipulateur et beau parleur qui vit aux Etats-Unis, la seconde collectionne les aventures et les amants, parfois bien plus jeunes qu’elle, sans s’attacher ni s’investir, elle prend du bon temps et c’est déjà bien ! Elles sont finalement à l’image de leurs mères, Maria Teresa et Maria Luisa, deux jumelles que tout oppose. Maria Teresa est plutôt traditionnelle, elle s’occupe de son mari et ses enfants, elle s’habille sobrement et n’a jamais rien fait de choquant ou de moralement répréhensible. Maria Luisa est une femme bien plus libre, plus originale et colorée. Elle a vécu sa vie comme elle l’entendait sans se préoccuper du qu'en-dira-t-on ni de correspondre à l’image que l’on se fait d’une femme au Portugal dans les années 60-70. Et en toile de fond, il y a l’histoire ou plutôt les histoires des grands-mères de la famille, Piedade d’abord et surtout, Mercês, que son mari fit enfermer dans un asile de fous car elle ne rentrait pas dans le moule du conformisme et ne voulait pas se contenter d’une vie banale, soumise, sans liberté d’agir ou de pensée par elle-même. Un secret va réunir les deux cousines et menacer de faire voler en éclats le bel équilibre familial...

C’est un joli portrait de femmes que nous peint l’auteur. Les deux cousines sont des jeunes célibattantes bien de notre époque, à l’image d’une Bridget Jones ou d’une Carrie Bradshaw. Elles tentent de vivre librement dans un Portugal dont les mentalités n’ont pas tant évolué que cela. Je ne connaissais pas grand-chose de ce pays et c’est donc l’esprit vierge de tout préjugé que j’ai plongé dans le roman. J’avoue avoir été surprise, je pensais le Portugal plus moderne, dégagé des mentalités rétrogrades et où les femmes pouvaient vivre et aimer comme elles le voulaient et qui elles voulaient. Ce n’est pas totalement le cas, espérons que des livres comme celui-ci poussent un peu vers le changement… Le force de l’auteur est aussi d’avoir su nous offrir en plus d’une histoire foisonnante des personnages forts, intenses et complexes que l’on est heureux d’accompagner au fil des pages.

Les Filles d’Estoril ne peut laisser indifférent, ce n’est pas une lecture facile, juste pour passer le temps. Au contraire, c’est un livre qui mérite que l‘on s’attarde dessus, que l’on se concentre et que l’on entre pleinement dans l’histoire, au risque sinon de passer complètement à côté. Margarida Rebelo Pinto se fond dans ses héroïnes, sa plume est alerte, incisive. Elle change de registre de langage selon la personne qui parle, plus posé et châtié pour les jumelles mais un poil impertinent pour Maria Luisa, plus cru, plus vif et affirmé pour les cousines. Il s’agit pratiquement de deux livres, deux histoires qui s’imbriquent, s’entremêlent pour former une beau roman.

Deux petits bémols toutefois : tout d’abord, il y a tellement de personnages et de changements d’époque que j’ai dû me faire un petit arbre généalogique pour bien comprendre qui est qui, il aurait été utile de l’avoir directement dans le livre… Ensuite, on progresse et on tend vers le secret familial, il imprègne peu à peu le roman mais lorsqu’il est révélé, il ne se passe pas grand-chose, il ne bouleverse finalement pas vraiment la vie de nos personnages. C’est assez déstabilisant et déroutant, peut-être pas très réaliste aussi.

Au final, une belle histoire qui nous parle avant tout d’amour, d’amitié et de famille, de liberté et d’espoir aussi. Publiée pour la première fois en France, je suis certaine que Margarida Rebelo Pinto y rencontrera un franc succès !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
PINTO REBELO Margarida : Les filles d’Estoril
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les filles australiennes de Maddy
» Gateau rose de Noel ou noël pour les filles très girly
» [Points] Les filles sont au café de Geneviève Brisac
» Trois garçons pour quatre filles...
» la voiture des filles pour l'EEC 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romans Contemporains :: Jean-Claude Lattès-
Sauter vers: