AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NAVRATIL Elisabeth - Les Enfants du Titanic

Aller en bas 
AuteurMessage
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11878
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: NAVRATIL Elisabeth - Les Enfants du Titanic   Mar 28 Fév - 10:17



Les enfants du Titanic
L'histoire vraie de deux rescapés
Elisabeth Navratil

Sortie le 15 février 2012
Quatrième de couverture:
Le 10 avril 1912, Michel Navratil et ses deux fils embarquent sur le Titanic. Tous trois partent vers l’Amérique à bord du plus beau paquebot du monde surnommé « L’Insubmersible ». Mais le 14 avril, à 23 h 40, le Titanic heurte un iceberg. La tragédie commence pour tous les passagers et Michel n’a alors plus qu’une idée en tête : sauver ses enfants. Lolo a quatre ans, Monmon en a deux : pour l’Histoire ils seront désormais « les Enfants du Titanic ». Dans son récit, Élisabeth Navratil mêle réalité et fiction, s’appuie à la fois sur les souvenirs de son père, l’aîné des deux frères rescapés, et sur une riche documentation sur le naufrage du plus célèbre des paquebots
Revenir en haut Aller en bas
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11878
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: NAVRATIL Elisabeth - Les Enfants du Titanic   Mar 28 Fév - 22:48

Rencontre avec Elisabeth Navratil – 14 février 2012

J’ai eu la chance de pouvoir participer à la rencontre avec Elisabeth Navratil organisée par Hachette Jeunesse.

Elisabeth est la fille de Michel Navratil, rescapé du Titanic avec son jeune frère Edmond, tandis que leur père a péri dans le naufrage. Son corps a été le sixième à avoir été repêché le lendemain de l’accident.
Son discours était clair et passionné, et nous avons pu sentir combien ce projet lui tenait à cœur. C’est tout un pan de son histoire familial qui se trouve dévoilé ainsi et laissé à la postérité.
Elisabeth nous a essentiellement retracé l’histoire longue de ce livre et les motivations qui l’ont conduite à l’écrire.
Tout commence en 1976. Son père avait jusqu’alors toujours refusé de parler du Titanic. Il considérait cela comme un secret de famille qui ne devait pas être rendu public. Ayant perdu son père durant la catastrophe, il s’agissait pour lui davantage d’un drame familial que ce fait divers qui passionne les foules. Plus jeune, Elisabeth avait beaucoup questionné son père sur ses souvenirs, mais elle recevait toujours les mêmes réponses.
Il a fallu attendre un événement majeur pour que son père accepte de se dévoiler : la réception d’une lettre de Sydney Tyler, membre de la famille qui l’avait recueilli avec son frère à New York, à la suite de la tragédie (famille de Margaret Hays). Il faisait alors un voyage en ballon et demandait à lui rendre visite lors d’une escale. « Les verrous qu’il avait mis à tous les tiroirs sautent » révèle Elisabeth. Il a en effet offert à son père une description très précise de l’époque où ils ont vécu ensemble, ce qui a fait surgir à la surface des souvenirs jusqu’alors profondément enfouis.
Le premier livre, paru en 1982, avait donc été écrit dans le secret car son père refusait que ces événements soient rendus publics. L’histoire était d’autant plus approximative que les connaissances de l’époque sur le Titanic étaient peu nombreuses et que les héros portaient des pseudonymes. Elisabeth a reçu le prix Jules Verne pour cette première version. Mais faute de promotion, il n’a pas eu beaucoup de succès auprès du grand public.
Il a fallu attendre seize ans pour la deuxième version. C’était en 1998, au moment de la sortie du film de James Cameron. La directrice des Livres de Poche lui a demandé à cette occasion une adaptation pour la jeunesse de son livre. Il a donc été raccourci d’un tiers. Mais surtout, il a été mieux documenté puisqu’entre temps l’épave a été retrouvée et explorée. A l’époque, elle avait même obtenu le feu vert de son père. En 1987, il était retourné sur les lieux du naufrage, ce qui avait en quelque sorte constitué une délivrance. Il était donc devenu moins réticent à rendre public l’histoire de sa famille.
Cette troisième et dernière version, qui sort cette année, est encore plus aboutie. Elisabeth a davantage complété ses connaissances sur le Titanic et sur le drame grâce à des recherches approfondies et aux nouvelles découvertes. Du coup, l’ouvrage montre très clairement trois pans de construction :
- Les souvenirs familiaux
- La fiction
- La recherche documentaire (notamment les commissions d’enquêtes, tous les témoignages…)
En guise de consécration pour son travail, début février, elle a trouvé une lettre de six pages de son père adressée à un collectionneur londonien. Il y relate ses souvenirs de la tragédie et la manière dont elle a influencé sa vie. Or, cela ressemble étrangement à ce qu’Elisabeth en a écrit dans les Enfants du Titanic

Un grand merci à Cécile et à l’équipe Black Moon pour m’avoir permise de participer à cette très jolie rencontre…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11878
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: NAVRATIL Elisabeth - Les Enfants du Titanic   Mar 28 Fév - 23:02

Mon avis :
En Avril 2012 sera commémoré le centenaire de la tragédie du Titanic. A cette occasion, Elisabeth Navratil fait paraître une nouvelle édition revue et corrigée de son roman, Les enfants du Titanic, qui raconte l’épopée vécue par son père et son oncle, rescapés du naufrage.
Michel Navratil est séparé de son épouse Marcelle et tient absolument à récupérer ses deux enfants, Lolo et Monmon. Il les enlève et embarque sur le Titanic, pensant rejoindre une partie de sa famille aux États-Unis. Mais dans la nuit du 11 au 12 avril 1912, le drame survient : le Titanic heurte un iceberg et sombre peu de temps après. Michel a juste le temps de placer ses enfants dans un des derniers canots de sauvetage avant de périr…
Elisabeth Navratil tenait depuis longtemps déjà à raconter la tragédie vécue par son père, Michel, surnommé alors Lolo, et rendre hommage à la mort de son grand-père cette nuit-là. Mais l’enfant avait alors moins de 4 ans et les souvenirs qu’il en garde sont assez restreints et morcelés. Elisabeth se propose ici de les restituer en comblant les vides avec sa propre imagination et intuition. Il s’agit donc à la fois d’un témoignage et d’un roman. Les faits, tout comme les personnages, sont réels mais leurs actes et leurs pensées sont pour la plupart imaginés. Et au final, c’est assez troublant parce qu’on voit trop la démarcation entre ces deux volets. L’histoire de cette famille (puisque la mère, Marcelle, apparaît aussi souvent) est trop noyée dans les descriptions générales pour qu’on soit vraiment touché. Notre émotion a à peine le temps de naître qu’elle est tout de suite étouffée par des informations sur la taille des cabines, les personnalités présentes, les salles à manger, les ponts… Et les photos de la famille présentes dans le livre ne suffisent malheureusement pas à nous les approprier.
On sent que l’auteure s’est énormément documentée sur le Titanic et les informations qu’elle nous en donne sont extrêmement intéressantes et précises. Du coup, il faut prendre davantage ce livre comme un documentaire-témoignage que comme une épopée pour ne pas être déçu.
Parce que pour le coup je l'ai été. Je m'attendais à ressentir tellement plus d'émotions fortes en lisant un témoignage, même romancé, sur le naufrage du Titanic....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NAVRATIL Elisabeth - Les Enfants du Titanic   

Revenir en haut Aller en bas
 
NAVRATIL Elisabeth - Les Enfants du Titanic
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les enfants du titanic
» Les enfants du Titanic
» Les enfants du Titanic d'Elisabeth Navratil
» Collection d'Olivier
» Titanic gonflable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Young Adult / Jeunesse :: Black Moon / Hachette Jeunesse :: Autres auteurs / Autres séries-
Sauter vers: