AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SCHONE Robin - Interview

Aller en bas 
AuteurMessage
Karen
Admin
Admin
Karen

Messages : 11973
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: SCHONE Robin - Interview    Mar 12 Juil - 17:57

Interview de Robin Schone réalisée pour Bit-Lit.com en juin 2011



Bonjour Robin ! Nous aimons vraiment beaucoup beaucoup vos livres en France ! Pourriez-vous, s'il vous plait, vous présenter et nous expliquer la présentation que vous faites de vous sur votre site et qui est très drôle?

R : Merci ! Je ne peux pas vous dire à quel point je suis excitée d'être publiée en France. Je suis tombée amoureuse de votre pays à l'âge tendre de 12 ans après avoir lu Ce merveilleux passé de Georgette Heyer. Justin Alastair, le duc d'Avon, un débauché (c'est intéressant comme notre interprétation de "débauché" a changé avec le temps), a fait palpiter mon cœur de pré-adolescente et s'envoler mes fantasmes. Sapphire est devenue une couleur, le français est devenu un moyen de communication sincère et l'Histoire est devenue une réalité. Mon monde n'a jamais plus été le même.

C'est marrant que vous mentionniez ma "présentation". Je suis actuellement en train de refondre mon site et j'avais l'intention d'effacer cette animation dépassée mais vous m'avez inspirée. Je dois trouver un moyen de garder le Tyrannosaurus Rex !... Pour ce qui est du comment la paléontologie a mené à l'érotologie : c'est assez simple. Mon amour des dinosaures a évolué en un amour de la romance, ce qui à terme a donné naissance à une fascination durable pour l’érotisme historique. Saviez-vous qu'un godemiché de l'âge de pierre a été estimé vieux de 28 000 ans ? (NDT : http://www.paperblog.fr/3237770/le-plus-vieux-gode-du-monde-date-de-28-000-ans/) Le désir féminin est là depuis très très longtemps !

Vous parlez facilement de votre maladie. Pourquoi est-ce important pour vous d'en parler ? Est-ce que ça a influencé votre écriture ?

R : Tellement souvent, la société essaye de nous compartimenter. Nous sommes des filles. Nous sommes des sœurs. Nous sommes des femmes. Nous sommes des mères. Nous sommes des grand-mères. Et nous sommes cela. Mais avant tout nous sommes surtout des femmes. Notre sexualité est une part intrinsèque de qui et de ce que nous sommes. Historiquement, les médecins imaginaient que l’utérus "pensait" à l'intérieur du corps de la femme... comme les scarabées dans le film de 1999, La Momie avec Brendan Fraser... d'où le terme "hystérie". Dans l'optique de soigner ladite affliction, les médecins ont inventé un acte de chirurgie nommé "hystérectomie". Ainsi, plus de ventre pensant, plus d'hystérie. Le problème c'est que la médecine moderne n'a pas tant évolué que ça quand il s'agit des femmes. Au jour d'aujourd'hui, beaucoup de médecins, et même des gynécologues qui devraient pourtant être plus au fait des choses, refusent de reconnaître l'importance de l'utérus, des ovaires et des prostaglandines et hormones qu'ils produisent. Ou ne produisent pas, quand ils sont arrachés. Tant que nous avons un vagin, ces médecins postulent que l'on peut obtenir une satisfaction sexuelle. Des conceptions conservatrices qui proviennent de la croyance que les femmes éprouvent du plaisir non pas grâce à leur corps... mais grâce au plaisir qu'elles donnent aux hommes. Oui, c'est important pour moi de parler de fibromes et d’hystérectomie et des mutilations génitales féminines et tous les autres défis médicaux et sociaux auxquels les femmes sont confrontées quotidiennement. Ces problèmes affectent non seulement notre capacité à expérimenter la satisfaction mais aussi notre propre individualité. Le sexe c'est plus que l'orgasme. C'est la source de notre énergie, de notre curiosité, de notre combativité. C'est ce qui nous donne cette petite étincelle supplémentaire de joie de vivre (NDT :en français dans le texte). Quand nous sommes sexuellement endommagées, que ce soit physiquement, socialement ou émotionnellement, les conséquences changent notre vie considérablement.

Pourquoi avez-vous choisi d'écrire des romances érotiques ? N'étiez-vous pas effrayée de l'accueil du public quand vous écrivez sur des hommes comme Connor et Gabriel (un homme castré et un prostitué pour homme) ? (Ce sont nos personnages préférés)

R : Je me souviens avoir dit au journaliste du Chicago Tribune que lorsque j'ai écrit Awaken, My Love, je l'ai délibérément rendu très "chaud" parce que le sexe fait vendre. Le sexe faisait vendre en 1995 -et c'est toujours le cas aujourd'hui !- mais la vérité est que je ne peux pas écrire autrement. Les bases de la biologie nous apprennent que chaque organisme a 3 moteurs principaux : 1) le besoin de se procurer à manger et à boire 2) le besoin d'éviter de souffrir 3) le besoin de sexe. Je ne peux simplement pas ignorer notre nature innée. Ou les conséquences qui s'imposent à la psyché humaine quand cette nature est ignorée ou exploitée. Par exemple, dans Scandalous Lovers, Frances Hart s'est mariée à l'âge de 15 ans. Elle est entrée dans le lit conjugal ignorant ce que les hommes faisaient aux femmes ; la seule instruction qu'elle avait reçu de sa mère c'était qu'elle devait soulever sa chemise de nuit, écarter les jambes et rester tranquille tandis que son mari accomplirait son devoir conjugal. Tout le long de sa vie de femme mariée, elle porte en elle l'image de cette jeune fille, adolescente, se soumettant au devoir plutôt qu'au plaisir. Ça l'affecte en tant que femme, mère et grand-mère... et au final en tant qu'amante de James.

Je suis si heureuse que Connor et Gabriel aient trouvé une place dans vos cœur ! Oui, j'avais terriblement peur pour eux, comme ça a été le cas pour tous mes hommes. Dans une certaine mesure, ils sont les anti-héros ultimes. Charles (Awaken, My Love) et Robert (La lady et le soldat) sont des soldats las de la guerre. Connor (Initiation au harem) est un eunuque. Michael (L'amant de mes songes) et Gabriel (Gabriel's Woman) sont tous deux des prostitués poussés au meurtre. Jack (Cry For Passion) séduit la femme de James (Scandalous Lovers) simplement par rivalité. Pour finalement tomber amoureux d'elle. Mais c'est alors qu'elle meurt. Mettant sans dessus dessous aussi bien la vie de James que celle de Jack. La mort force ces ennemis de toujours à faire face aux hommes froids et calculateurs qu'ils sont devenus et les enjoint à trouver l'amour et la passion dont ils ont si désespérément besoin l'un et l'autre. Est-ce que mes hommes sont héroïques ? Non, pas dans le sens traditionnel. Mais ils sont humains et ils interpellent notre propre humanité. Parce que nous avons tous besoin d'acceptation, de pardon, d'amour, de passion, d'intimité. Assez étrangement, James et Jack -l'un mari trompé, l'autre l'homme qui a fait d'une épouse une femme adultère, des actes qui ne se font pas dans les romances, ont reçu des KISS awards dans les critiques du Romantic Times.

Pourquoi écrire des romances historiques et pourquoi situer ces histoires au XIXe siècle ?

R : L'histoire est un organisme vivant en évolution constante qui affecte quotidiennement nos vies. Nous aimons à penser que la science et le sexe ont été inventés au XXe siècle mais la vérité c'est qu'on n'a rien inventé. Nos ancêtres victoriens se sont battus contre le choléra qu'ils considéraient comme une maladie "morale" ; nous luttons contre le SIDA que beaucoup aujourd'hui considèrent comme une maladie "morale". Ils avaient des centres commerciaux, des trains souterrains, l'eau courante, l’électricité et la plomberie ; comme nous. Les victoriens ont produit le plus grand nombre de romans historiques et érotiques que le monde a jamais connus ; la télé, la radio et l'internet du 21ème siècle sont saturés de pornographie. La guerre et la pauvreté prédominent aux deux époques, tout comme le viol, l'inceste et l'injustice sexuelle. Je me sens chez moi au XIXe siècle ! Pourtant c'est durant le XIXe siècle que les prémisses de l'égalité sont apparus. Les hommes, aussi bien que les femmes, se sont battus pour les droits des femmes. Et ils ont gagné ! Lentement mais sûrement, ils ont gagné du terrain. Légalement. Socialement. Sexuellement. Chaque fois que je fais des recherches pour un livre, j'apprends quelque chose de nouveau et de merveilleux sur l'ère victorienne. Victoria Station avait vraiment des toilettes à chasse-d'eau (Scandalous Lovers). Quand je suis tombée sur cette anecdote historique, j'ai été aussi ravie que Frances !

]b]Pouvez-vous écrire ce que vous voulez ? Ou votre éditrice vous censure ? D'ailleurs, est-ce facile d'éditer de la romance historique et érotique ?[/b]

J'ai eu l'immense chance que mon travail ne soit jamais censuré. Mon éditrice aimait Michael, l'ange défiguré de L'amant de mes songes, mais quand elle m'a demandé de quoi parlerait mon livre suivant et que je lui ai parlé de Gabriel's Woman, elle a soupiré et dit : "c'est ce dont j'avais peur". Elle, comme moi, ne savait pas comment la communauté des amateurs de romance allait réagir vis à vis de Gabriel, l'ange "intouchable" qui a été élevé pour devenir un prostitué homosexuel. Mais elle n'a pas essayé de me dissuader d'écrire son histoire, même si elle avait vraiment peur que ça détruise ma carrière. Quand j'ai eu fini Gabriel's Woman, elle voulait que je retire la scène de la "douche", pensant que ça allait trop loin. Mais je ne pouvais pas l'enlever. Gabriel et Victoria n'avaient pas d'avenir tant qu'ils ne s'étaient pas occupés de son passé. Nombreux sont les lecteurs... aussi bien les hommes que les femmes... qui m'ont écrit pour me remercier pour mon honnêteté vis à vis de la sexualité de Gabriel, affirmant que la scène de la douche était leur chapitre préféré. (Karen: je confirme! Cette scène est magnifique et bouleversante!)

Eh bien, ça n'est pas difficile pour moi de revoir mes écrits, mais un relecteur a apparemment trouvé difficile la relecture de The Lady's Tutor. Ce qui encore à ce jour me laisse perplexe. Manifestement les leçons et la terminologie sexuelle sont basées sur la traduction datée de 1886 de The Perfumed Garden of the Cheikh Nefzaoui effectuée par Richard Burton. Pourtant la relectrice, au lieu d'acheter une copie du manuel arabe de sexe vieux de 400 ans pour vérifier l'usage que j'avais fait des mots, a appelé un ami en Jordanie. Comme prévu, le dit ami n'avait soit jamais entendu les phrases sexuelles (et comment aurait-il pu ? Elles sont vieilles de 400 ans), soit affirmé qu'elles étaient dépassées. C'est à ce moment-là que lui et la relectrice ont décidé de moderniser The Lady's Tutor. Rétrospectivement c'est amusant, mais à l'époque j'ai été dévastée. Mon éditrice a à peine commenté sèchement sur le fait que la facture de téléphone de la relectrice avait dû être salée et elle avait remis en place tout le phrasé d'origine.

En France, les couvertures de vos livres sont magnifiques et sont parmi les plus commentées sur les forums. Qu'avez-vous pensé des couvertures françaises ?

R : J'AIME la couverture française de L'Amant de mes songes. J'aime les couleurs. Et j'aime que ça parle des rêves d'une femme plutôt que juste de sexe racoleur. Quand Enchanted: Erotic Bedtime Stories For Women de Nancy Madore est sorti, je bavais devant sa couverture. La couverture de L'Amant de mes songes m'y fait penser donc je suis très contente !

Propos recueillis par Faribolle et Karen
Traduction effectuée par Tan


Revenir en haut Aller en bas
 
SCHONE Robin - Interview
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Robin Schone] Le Club tome 2 : Pour l'amour de Rose
» [Interview] Boris Robin
» [Cook, Robin] Toxine
» [Cook, Robin] Fièvre
» La petite Emission #8 : Interview de Simon Bisley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romance Erotique :: Robin Schone.... Juste parce qu'on l'adore !-
Sauter vers: