AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview de MARIE RUTKOSKI - Livre Paris 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11840
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 38
Localisation : Paris

MessageSujet: Interview de MARIE RUTKOSKI - Livre Paris 2017   Dim 27 Aoû - 18:37

Rencontre avec Marie Rutkoski


A l’occasion de la venue de la sortie du premier tome de The Curse, les éditions Lumen ont invité pour notre plus grande joie, Marie Rutkoski au Salon du Livre de Paris. En compagnie de Mylène (Les Lectures de Mylène), nous avons eu la chance de passer un moment avec elle pour une interview.

Marie était arrivé à Paris il y a peu et encore sous le coup du décalage horaire. Elle était extrêmement fatiguée aussi l’interview a été brève et les réponses assez rapides, mais nous n'en avons pas moins passé un excellent moment, passionnant.

Ce n’était pas son premier voyage en France vu que son mari est Français. Elle essaye de venir en France au moins une fois par an. Elle comprend donc très bien le français même si elle ne le parle pas. Elle adore Paris, sa mode et sa gastronomie. Son repas de bistro préféré : moules/frites suivis d’une crème brûlée (son dessert de prédilection).

Marie est depuis toujours une passionnée de Fantasy. C’est son genre littéraire de prédilection et, parmi ses auteurs préférés, on compte Naomie Novik, Leigh Bardugo, Marie Lu ou encore Laura Ruby.
C’est donc tout naturellement qu’elle s’est tournée vers la Fantasy lorsque le besoin d’écrire s’est fait ressentir.
L’univers de The Curse est très original et complexe. Pour le créer, Marie s’est surtout inspiré de la Grèce Antique avec son système de « castes » et son économie basée sur l’esclavage. Ce qu’elle adore par-dessus tout c’est lorsqu’il y a une tension extrême entre les personnages, ici à cause de leur différence sociale et de l’interdit absolu que représente leur relation.
Elle a adoré imaginer chaque détail de l’histoire et des personnages, comme par exemple leurs vêtements. Passionnée de mode, elle a pu complètement se lâcher et laisser libre court à son imagination dans ses romans.
Elle ne fait pas partie de ce genre d’écrivains qui ont déjà toute leur trame narrative prête avant d’écrire. Elle préfère laisser la parole à ses personnages et imaginer les choses au fur et à mesure. Par exemple, elle ne connaissait pas du tout la fin quand elle a débuté la série.

Ce qui nous a étonné c’est que le roman est classé en littérature Young Adult alors même que les thèmes abordés sont très durs, très adultes. En fait, même si Arin et Kestrel ont 17 et 20 ans, ils sont encore en train de se chercher, de forger les adultes qu’ils vont devenir. Ils expérimentent leurs premiers amours, leurs premières désillusions, les premières grandes décisions qui vont chambouler leurs vies. Alors oui, dans cet univers ils ont passé l’âge de se marier et ont de lourdes responsabilités, mais l’on reste pour l’essentiel dans les codes du Young Adult.

Les personnages sortent tout droit de son imagination et ont été complètement inventés même si elle a emprunté certains traits à ses proches. Mais ça reste assez secondaire. Son ère par exemple est aux antipodes de celui de Kestrel même s’il est militaire, tout comme son mari (d’où l’importance du milieu militaire et de la stratégie dans la série).

Ce qui nous a également frappé c’est que Marie alterne les points de vue entre Kestrel et Arin mais non de façon régulière. Elle a décidé en effet de changer de narrateur seulement quand cela est nécessaire à l’intrigue. Et dans le 1er tome, il semblait évident que Kestrel aurait droit davantage à la parole. C’est à travers elle que l’on découvre l’univers de la série. Faire parler Arin aurait dévoilé trop de choses trop tôt, surtout qu’il se dévoile davantage que Kestrel à chaque fois qu’il a la parole. Il a plus de facilités à parler de ses sentiments, de ce qu’il ressent, tandis qu’elle est plus pragmatique, plus « froide », parce qu’elle a été élevée ainsi.
Et du coup, nous avons deux héros qui sortent complètement de l’ordinaire. D’un côté, un héros masculin passionné, qui croit en l’amour et veut vivre une telle relation ; et de l’autre un personnage féminin plus froid, en apparence plus fort, pragmatique, et qui ne se berce pas d’illusions. Une inversion en somme des clichés masculins/féminins.

Si la musique joue un rôle important dans l’histoire c’est parce que Marie elle-même joue du violon et que ça lui est aussi indispensable. Son mari est également musicien.

La scène que Marie a préféré écrire est celle de la mort de la gouvernante d’Arin. Elle est intense, et ce de plusieurs manières. Kestrel est effondrée par la mort de la seule personne dont elle se sentait vraiment proche ; Arin accuse Kestrel de feindre sa peine, persuadé qu’une personne de sa caste ne s’abaisserait jamais à éprouver des sentiments pour quelqu’un d’inférieur, avant de comprendre à quel point elle était sincère dans ses sentiments. C’est une scène qui est très chargée émotionnellement et c’est à partir de là réellement qu’ils se rapprochent.
Marie a rajouté qu’elle adore écrire les scènes de disputes car c’est dans ces moments-là que les vérités se dévoilent et que les personnages osent poser des mots sur ce qu’ils ressentent. La colère leur fait ôter tous leurs filtres.

L’autre relation importante du roman est l’amitié entre Kestrel et Jess. Les deux jeunes filles sont très différentes mais s’entendent malgré tout. Marie aime beaucoup le contraste qui existe entre elles. Jess est plus conventionnelle dans son personnage féminin, c’est la parfaite jeune femme de l’aristocratie, à cheval sur les convenances, qui ne pense qu’à la mode et au mariage. Elle apporte une touche d’innocence et de douceur dans la vie de Kestrel même si elle lui rappelle du même coup qu’elle-même aura bientôt à remplir son devoir et se choisir un époux. Elles sont amies avant tout parce que leurs deux familles sont proches mais, avec le temps, leur amitié est devenue sincère. Kestrel est prête à tout pour protéger Jess.

The Curse est une trilogie et les trois tomes sont déjà parus en anglais. Mais Marie travaille aujourd’hui sur un autre roman qui se situera dans le même univers mais dans le futur. Un spin-off.
On a trop hâte de lire ça !!!  génial


Mylène et Marie

Un énorme merci à Marie Rutkoski pour cet excellent moment passé en sa compagnie et l'équipe Lumen pour nous avoir permis de vivre ce moment privilégié. MERCI  coeur  coeurheart  coeur

Pour retrouver le compte rendu de Mylène c'est ICI...

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de MARIE RUTKOSKI - Livre Paris 2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salon du livre de Paris (18/21 mars 2011)
» LE LIVRE DE SASKIA (Tome 2) L'EPREUVE de Marie Pavlenko
» [Pavlenko, Marie] Le Livre de Saskia - Tome 2: L'Epreuve
» Le Salon du Livre - Paris 2013
» [McGowan, Kathleen] Marie-Madeleine - Livre 2: Le livre de l'Amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Evénements & Co :: Rencontres d'Auteurs / Dédicaces-
Sauter vers: