AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 CARAU Cyril (dir.) - Dérives fantastiques (Anthologie)

Aller en bas 
AuteurMessage
Cheshire Cat

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 08/11/2012
Age : 34

MessageSujet: CARAU Cyril (dir.) - Dérives fantastiques (Anthologie)   Mar 31 Mai - 11:07



Dérives fantastiques
Une anthologie dirigée par Cyril Carau

Quatrième de couverture:

Où s’achève la réalité, où commence son illusion ? Pour quelles raisons les passagers d’un train se retrouvent-ils soudain dans un autre monde ? Qu’est-ce qui pousse un mafieux mexicain à pédaler comme un fou ? N’y a-t-il pas pire sort que mourir dans une tranchée ? Et pourquoi je figure au menu, ce soir ?

Voici quelques-unes des questions qui hantent les héros des vingt-et-une nouvelles de cette anthologie.

Dérive, déracinement, fuite éperdue, malédiction, quête, retour en arrière, emprisonnement, transmutation, rencontre incroyable, folie, nuit mortelle… rien ne leur sera épargné.
Revenir en haut Aller en bas
Cheshire Cat

avatar

Messages : 521
Date d'inscription : 08/11/2012
Age : 34

MessageSujet: Re: CARAU Cyril (dir.) - Dérives fantastiques (Anthologie)   Mar 31 Mai - 11:09

Mon avis:

Il est toujours difficile de donner son point de vue sur une anthologie... En effet, compte tenu du fait que les auteurs peuvent aborder de manière radicalement différente une même thématique, le lecteur peut vraiment trouver de tout au sein d'un tel recueil : d'une nouvelle qu'il va aimer à une qu'il va détester pourvu qu'il soit un minimum sensible aux thèmes abordés dans l'anthologie.

Il est également difficile d'en parler en détail pour ne pas gâcher le plaisir des futurs lecteurs aussi vais-je essayer de vous présenter Dérives Fantastiques de manière assez globale sans rentrer trop dans les détails avec quelques unes des nouvelles qui m'ont le plus marqué à titre d'illustration. Ceci dit, je dirai que de manière générale, vous découvrirez, avec ce recueil de nouvelles, un ensemble somme toute de qualité d'histoires qui vous feront voyager, réfléchir, frémir... Bref, de vraiment bons moments de lecture (à une ou deux exceptions, mais il s'agissait surtout de nouvelles auxquelles je n'ai pas accroché, sans remettre en cause la qualité du récit des auteurs)

L'anthologie, comme l'indique Cyril Carau, son directeur, dans sa préface, se compose de deux parties.

Corps dérivants, la première partie, aborde sous différents angles la thématique de la dérive des corps, par le truchement de voyages dans l'espace ou le temps, de manipulation génétique ou encore par l'utilisation des corps pour parvenir à ses fins.

Ainsi par exemple, dans Fissures, première nouvelle de cette première partie, les personnages de l'histoire sont confrontés à un événement étrange : alors qu'ils étaient dans le même train, ils se retrouvent brutalement sur une île étrange où ils ne sont ni affamés ni assoiffés, où les tomates poussent sur des arbres... Puis, un par un, à intervalles espacés, ils disparaissent. Pourquoi et comment ?
Morgane Dieng nous offre ici une ouverture en fanfare du recueil... En quelques pages (la nouvelle en compte moins de vingt), elle parvient à créer un univers bien particulier auquel le lecteur ne pourra rester insensible même si le personnage principal est assez exaspérant au départ. Le style y est simple, alternant réflexions de Noahm, le « héros », et faits, permettant ainsi une entrée rapide dans le vif du sujet. Ce n'est qu'à la fin que Noahm ainsi que le lecteur apprendront ce qui s'est passé... Et le fait que le lecteur ne soit pas omniscient est totalement justifié (vous verrez pourquoi en lisant la fin de la nouvelle)

Dans Chair à canon d'Anthony Boulanger, la dérive est toute autre... En effet, dans la République du Simulacre, les technomages sont en charge de la création d'homonculus destinés à être utilisés sur les champs de bataille. Mais, étrangement, ces spécimens semblent dotés de sexe masculins alors qu'ils n'auraient pas dû être sexués... Quel fait étrange est à l'origine de cette mutation? Pourquoi le lieutenant Perkker, un des officiers directeur de la recherche et développement est-il tellement intéressé par le projet ?
Alors certes, j'ai moins aimé cette nouvelle que la première, mais l'angle de vue sur la dérive des corps par le biais des manipulations génétiques m'a paru assez intéressant. Comme il s'agit d'une nouvelle, le rythme est obligatoirement soutenu et nombre d'éléments passés sous silence. Mais cela n'est pas dérangeant en soi. Passé les phrases un peu trop longues pour que la lecture soit totalement fluide, je peux vous dire qu'il reste un certain sentiment de malaise sur les dérives que des « savants fous » peuvent générer dans le cadre de manipulations génétiques... Qui sait ce qui se passerait si nous pouvions créer de toutes pièces des soldats « en kit » et que ceux-ci parvenaient à « prendre l'ascendant » sur nous ?

En ce qui concerne Les saveurs – La fabuleuse cuisine de Dante (de Barnett Chevin), je peux vous garantir que vous ne verrez plus la cuisine de la même manière... Surtout si vous ne savez pas ce que vous mangez. Horreurs et frissons sont au menu d'une histoire inspirée de la Divine Comédie (poème de Dante Alighieri, considéré comme une des premières grandes œuvres en langue italienne) où un jeune orphelin parvient à sortir de la Cour des Miracles pour finalement servir un repas au roi Louis XVI... Mais quel repas ! J'espère que vous avez l'estomac bien accroché car vous ne trouverez pas dans cette nouvelle quelque chose de léger...
Nouvelle atroce mais si bien écrite... Je n'ai pu m'empêcher d'avoir un haut le cœur à sa lecture. Je ne sais pas où l'auteur est allé cherché ses idées, mais brr... Cela fait frissonner et réfléchir.

Voilà pour la première partie de l'anthologie... Passons à Vogues à l'âme, la deuxième...

Avec Histoires à rebours, Bruno Grange nous compte l'histoire d'Edmond Villefort, un écrivain et journaliste qui a invité quelques amis « triés sur le volet » à dîner. Il y avait donc là : un notaire, un baron, un négociant et le secrétaire/assistant de l'écrivain. Mais au cours de la soirée, il va s'avérer que les trois notables n'ont pas été réunis par hasard et qu'Edmond avait une idée derrière la tête... Quitte à ce que cette idée, ce but, lui coûte énormément.
D'une certaine manière, je peux dire que cette nouvelle est celle qui m'a le plus touchée. En touches fines et légères (malgré quelques passages un peu longs et laborieux), l'auteur nous fait pénétrer dans la psyché de son héros qui est prêt à tout pour obtenir réparation. Mais quelle tristesse, quelle douleur... Le lecteur, simple spectateur, pourra cependant probablement comprendre une partie des sentiments ayant animé le « héros », tout en regrettant « l'innocente victime », témoin de ces représailles.

Dans Nuntium Mortis (annonce de mort), Jérôme Simon nous entraîne dans l'étrange, le mystère... Où des allures bougonnes et rustres peuvent cacher un cœur d'or et un courage sans pareil. Après un récit assez incompréhensible, tout se dénoue dans les trois dernières pages, et c'est là que le lecteur réalise ce qui s'est passé... Du moins en partie.
Car certains éléments demeurent sans explications, ce qui peut générer une certaine frustration. Pourquoi est-il fait référence aux valkyries ? Le lecteur ne le découvre pas avec cette nouvelle... Mais malgré cette frustration, j'ai beaucoup aimé la « morale » de cette histoire où finalement une « main providentielle » parvient à sauver quelques condamnés...

Avec Frères d'A(r)mes, le lecteur se retrouve à Verdun en 1916, en pleine guerre des tranchées. C'est l'histoire de la rencontre de deux âmes qui vont échanger leurs corps... Paul Vandier, un poilu, a été blessé sur le champ de bataille. Et, en se réveillant, il réalise qu'il occupe désormais le corps d'un autre ! Un allemand du nom de Markus Adler... La suite du récit est composée de ses réflexions et de correspondances de compagnons ou de sa femme qui ne sont pas au courant de ce qui s'est passé. Mais qui donc pourrait le croire ? Puis c'est le retour sur le champ de bataille...
Entre méandres de l'âme et Histoire avec un grand H, l'auteur fait ici preuve d'une sensibilité particulièrement touchante pour nous raconter un récit original au milieu de l'horreur des tranchées. C'est simple, émouvant et je n'ai pu rester insensible à la lecture de cette nouvelle. Chapeau bas à Dola Rosselet.
Revenir en haut Aller en bas
 
CARAU Cyril (dir.) - Dérives fantastiques (Anthologie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Critique de "L'Ange de Marseille" de Cyril Carau *
» DC ANTHOLOGIE : JLA – LA FIN DES TEMPS
» Cyril F3F
» Souscription - Anthologie Arcanes
» Saint Seiya Anthologie

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romans Noirs / Fantastique :: Fantastique :: Autres Auteurs / Autres Editeurs-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: