AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview d'Ambre DUBOIS

Aller en bas 
AuteurMessage
Un Ange Noir

avatar

Messages : 272
Date d'inscription : 09/12/2013
Age : 35

MessageSujet: Interview d'Ambre DUBOIS   Lun 30 Mai - 16:19

INTERVIEW D'AMBRE DUBOIS - (AUTEUR ET EDITRICE)


Alors que sort aux Editions du Chat Noir le 1 juin, Les Larmes de Dana, le troisième tome de sa saga Les Damnés de Dana, Ambre Dubois a accepté de répondre à nos questions. L'occasion pour beaucoup de la découvrir, et pour d'autres d'en apprendre un peu plus.

Bonjour Ambre, merci d’avoir accepté de répondre à nos questions.
Bonjour, merci beaucoup pour cette opportunité, cela me fait très plaisir, d'autant plus que cela fait longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de m'adonner à cet exercice.

Tout d’abord, pourrais-tu te présenter pour les lecteurs qui ne te connaissent pas ? Évoquer ton parcours et tes goûts littéraires ou cinématographiques ?
Bien sûr. La sortie de mon premier roman date de près de 10 ans maintenant. Il s'agissait du « Manoir des Immortels » paru aux éditions Nuit d'Avril (maison d'édition qui a malheureusement fermé ses portes ensuite). Cette publication a été pour moi un véritable rêve, car j'avais retravaillé un vieux texte que j'avais écrit à l'adolescence, pendant mes études. Ce roman a été le début d'une série de 4 tomes, d'une aventure éditoriale houleuse et de formidables rencontres,...
J'apprécie tout particulièrement les récits fantastiques en tout genre : bit-lit, mais aussi les auteurs comme Anne Rice, Barbara Hambly, Fred Saberhagen,... Depuis toute petite, j'ai eu une véritable attirance pour les histoires de vampires, le personnage de Dracula, les sorcières, les fantômes,... d'ailleurs ces passions faisaient un peu peur à mes parents ;-)


Qu’est-ce qui t’a poussé vers l’écriture ? Était-ce plus une passion, un besoin ou toute autre chose ?
C'est un mélange de différentes choses, je dirais. À l'époque où j'ai commencé à écrire, c'était vraiment par désir de mettre sur papier des histoires qui me trottaient dans la tête. Depuis toute petite, je m'amuse à me demander comment pourrais évoluer tel ou tel personnage d'un film, d'un roman ou d'une série... j'invente de nouveaux personnages imaginaires,...
À une époque où je ne trouvais pas mon bonheur en terme de littérature fantastique (il n'existait que quelques collections dédiées comme les « terreur » chez pocket), je me suis dit que, puisque je ne trouvais pas de quoi me satisfaire, pourquoi ne pas écrire des histoires moi-même... et comme j'avais du temps libre, c'était aussi un passe-temps que je trouvais très agréable.


Quelles sont tes sources d’inspiration lorsque tu écris ?
Elles viennent de diverses sources. Cela peut être bien sûr d'autres romans, d'un film, d'un épisode de série, d'un manga,... mais cela peut tout simplement venir d'une illustration croisée sur le net, d'une musique, des paroles d'une chanson...

A-t-il été difficile pour toi de faire publier ton premier roman Le Manoir des Immortels ? Qu’as-tu ressenti d’ailleurs lorsque celui-ci a trouvé ces premiers lecteurs ou lectrices ?
Oui, cela n'a pas été évident. J'ai essuyé une dizaine de refus de la part de plusieurs éditeurs. Mais j'ai commis l'erreur du débutant qui essaye d'envoyer son texte à tout va, en se disant « pourquoi pas ». Il faut vraiment cibler une maison d'édition qui publie le genre que l'on écrit...
Quand Nuit d'avril m'a répondu positivement, je n'y ai pas cru... puis j'ai sauté de joie, l'émotion est difficile à expliquer, car c'est à la fois un grand bonheur et une angoisse immense de se demander comment les lecteurs vont accueillir le texte... Je me souviens d'avoir scruté chaque mot, chaque remarque, chaque retour... c'était très stressant !


Après la publication de ton premier roman Le Manoir des Immortels aux Éditions Nuit d’Avril, n’a-t-il pas été trop difficile de trouver une autre structure pour publier la suite de ta saga ? Où est-ce la fermeture de cette maison d’édition qui t’a poussé à fonder les Éditions du Petit Caveau ?
Après Nuit d'avril, mon roman a dormi dans les cartons de divers éditeurs qui m'ont fait miroiter une éventuelle parution... l'affaire à traîner des années... Entre temps étaient nées les Éditions du Petit Caveau, mais ce n'était pas dans le but de publier mes propres écrits, juste parce qu'à un moment, lorsque j'ai enfin pu récupérer mes droits d'auteur, je n'ai plus eu envie de repartir à la recherche d'un éditeur pour un texte qui avait déjà eu une première « vie »...
Le Petit Caveau, c'est vraiment une histoire de passionnées. Tout a commencé avec un forum de fans d'histoires des vampires... on a fait le pari de se dire que « dans nos pays aussi, il y avait de bons auteurs » alors que la majorité des maisons d'édition ne proposaient que des traductions américaines... aujourd'hui avec les nombreuses petites maisons d'édition qui ont vu le jour, cela fait vraiment chaud au cœur de voir que les auteurs francophones peuvent trouver une petite place près de bouquins best-sellers !


N'est-il pas difficile de jongler avec les différentes casquettes d'éditeur, auteur, administrateur pour lacrypte.net, ton travail qui doit être très prenant et ta vie privée ?
Si et malheureusement ma vie privée ne me permet plus d’être autant présente que par le passé. Il faut alors souvent faire des choix. C'est pour cela que j'ai décidé depuis l'année dernière de faire une pause dans l'écriture. Mon dernier roman « Les larmes de Dana » a été épuisant à écrire, car je devais le faire sur mes heures de sommeil... ce que je ne peux plus me permettre à présent... sauf si je gagne au lotto prochainement bien sûr...

Avec le développement d’internet, des sites et blogs de chroniques ont fait leur apparition en grand nombre. Qu’en penses-tu ? Quel est ton rapport à tout ceci ? Y trouves-tu une utilité et vas-tu lire les chroniques te concernant personnellement ou les Éditions du Petit Caveau ?
Internet évolue sans cesse. Autrefois, je passais énormément de temps sur les forums de passionnés. La mode est passée, aujourd'hui les réseaux sociaux ont pris le dessus et j'accroche beaucoup moins avec ce mode de communication (faut croire que je me fais vieille !) d'autant plus que rester connectée à tous ces réseaux demande énormément de temps disponible.
J'apprécie, par compte, beaucoup les blogs, les sites de chroniques ou les booktubeuses qui réalisent des commentaires plus posés et plus approfondis sur leurs lectures, ce qui me permet de découvrir de nouveaux romans, de nouveaux auteurs...
Il est certain que nous avons quelques partenaires blogueurs qui reçoivent nos titres en avant-première et les commentent... nous sommes toujours attentifs à leurs remarques, cela nous permet d'essayer de nous améliorer un peu à chaque nouvelle sortie...


Trouves-tu que l’évolution de la littérature francophone soit bénéfique ? N’y a-t-il pas une trop grande quantité d’auteurs également ou bien au contraire, est-ce que cela joue en la faveur de cette évolution ?
Pour avoir connu une époque où les sorties fantastiques francophones annuelles se comptaient sur les doigts de la main, je trouve que l'évolution est magnifique ! Il y a à présent un panel d'auteurs francophones qui peut plaire à différents lecteurs, selon leurs goûts, leurs préférences... Je pense que cela permet une fois de plus de prouver qu'il existe de nombreux talents dans nos contrées et qu'il ne faut pas hésiter à les mettre en avant.

Quel est ton rapport au combat contre le téléchargement illégal qui cause beaucoup de remous sur la toile ?
C'est un sujet délicat et le téléchargement illégal existera toujours, peu importe ce que l'on fait. Il est certain qu'il empêche les maisons d’édition, les auteurs, les illustrateurs... de toucher les fonds qui leur permettent par la suite de pouvoir proposer autre chose... C'est pour cela que nous avons aussi la volonté de proposer nos romans en version numérique à des prix bas (3 à 5 € max) afin d'éviter au maximum d'avoir la tentation de les télécharger gratuitement.

Pourrais-tu nous présenter ta saga Les Soupirs de Londres, parue aux Éditions du Petit Caveau et disponible sur leur boutique ?
Oui, bien sûr. Il s'agit d'une saga mettant en scène Stella Hunyadi, vampire hongroise en exil à Londres. Elle évolue dans cette ville dirigée par le Prince Rodrigue. Une galerie d'autres personnages gravite autour de notre héroïne qui mène différentes enquêtes surnaturelles... Au cours des 4 tomes, les secrets des personnages se dévoilent et leurs relations s'intensifient...

Ainsi que Les Damnés de Dana dont le troisième tome, Les Larmes de Dana, sort le 1er juin aux Éditions du Chat Noir ?
Peux-tu justement nous parler plus en détail de ce troisième tome si tu le veux bien ?
Il s'agit également d'une saga mettant en scène une héroïne. Le contexte est complètement différent puisqu'il se situe en Écosse, à la frontière de l'empire roman au début du christianisme.
Les pictes y recueillent, à contrecœur, Mévéa, un étrange amnésique. Ils la prennent dans un premier temps pour une ennemie... Mais bien vite, leurs survies contre les Romains et le recul de la magie ancestrale va rattraper ces personnages... à noter aussi que le fantastique a une place importante dans le récit !
Le troisième tome clôture la saga, dans un final que j'avais décidé depuis longtemps et qui m'a pris beaucoup de temps à écrire. J'avoue que j'ai eu beaucoup de mal à me séparer de ces personnages, mais je tenais à proposer quelque chose d'abouti aux lecteurs. J'espère que cela leur plaira...


Y a-t-il une partie de toi-même dans les héroïnes de tes deux sagas ? Ou t’es-tu inspirée de personnes réelles pour les créer ?
Je suppose qu'il y a un peu de moi dans chacune des deux, il est plus facile de s'identifier et de décrire des émotions si on se sent proche d'un personnage. Écrire un roman me prend des mois, parfois des années pour les derniers. Pendant ces longues semaines, mes personnages semblent vivre à mes côtés jour et nuit, tapis dans un coin de ma tête, en attendant de voir ce que je vais leur faire vivre...

Et qu’en est-il pour Lord Nermeryl, le « héros » d’Absinthe et Démons, aux Éditions du Riez ?
Le cas de ce roman est un peu spécial, car c'est la seule et unique fois que j'ai écrit une histoire ayant pour héros principal un personnage masculin. Au départ, ce récit n'était qu'une nouvelle pour un appel à textes, mais j'ai tellement apprécié les personnages que d'autres idées ont surgi et j'ai transformé la nouvelle en roman feuilleton.

Tu as également de nombreuses nouvelles à ton actif. Qu’aimes-tu dans ce format court ? Te permet-il plus de liberté que les romans ? Le préfères-tu au format long ?
Le format court à cet avantage de pouvoir développer des idées sur quelques pages et n'impose donc pas un travail de longues heures. Par contre, à titre personnel, je préfère les romans, car je trouve qu'il permet de davantage s'attacher aux sentiments, d'enrichir l'intrigue...

Enfin, pour finir, si tu le veux bien, accepterais-tu de te soumettre à ces quelques questions qui portent sur les livres :
• Quel est à ta connaissance le premier livre que tu as lu ?
Houla... difficile de répondre à cette question... d'abord j'ai lu des BD de Tintin, Isabelle, Yoko Tsuno... ensuite, je pense que cela devait être un roman de la collection verte avec une petite fille qui résout une énigme sur une apparition d'extraterrestre...
• Quel est le premier livre que tu as lu qui t’as orienté vers ton genre préféré ?
Le grand secret de Barjavel
• Quel est le livre que tu conseillerais à tous ?
Entretien avec un vampire d'Anne Rice
• Quel est le livre que tu as lu en dernier ?
Risa Jones tome 1
• Quel est le livre que tu aimerais lire ?
Anita Blake tome 22 et Jupons et poisons
• Quelle est la sortie littéraire que tu attends avec impatience ?
Le tome 3 de la Geste des Exilés de Bettina Nordet
• Quelle est l’illustration de couverture que tu trouves la plus réussie ?
Difficile à dire... j'apprécie beaucoup les couvertures de la série Néachronical de Jean Vigne
• Quelle est l’illustration de couverture que tu trouves la moins réussie ?
Les anciennes couvertures de la collection terreur de pocket....
• Quel est l’auteur que tu rêverais de rencontrer ?
Laurell K. Hamilton
• Quel est le livre que tu aurais aimé écrire ?
Voyage avec les morts de Barbara Hambly
• Quel personnage de quel livre aurais-tu rêvé d’incarner ?
Mina Harker



Il est vrai que tu ne participes que rarement à des salons ou à d’autres événements, mais pourrais-tu nous dire si cette année, il sera possible de te retrouver, et si oui où et quand, afin que ceux qui souhaiteraient te rencontrer fassent une croix dans leur agenda ?
Malheureusement non, mon travail et ma vie privée ne me permettent pas d'avoir suffisamment de disponibilités pour faire des salons...

Merci de toutes ces réponses et du temps qu'Ambre Dubois nous a accordé.

Les Maisons d'Edition où l'on peut trouver ses romans :





_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Interview d'Ambre DUBOIS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Critique pour "Le Sang d'Hécate" de Ambre Dubois *
» LES SOUPIRS DE LONDRES (Tome 3) MARQUISE DES TÉNÈBRES de Ambre Dubois
» [Partenariat Auteur] Chroniques pour la dame sombre d'Ambre Dubois
» ABSINTHES ET DÉMONS d'Ambre Dubois
» Critique de "Marquise des Ténèbres" [Les Soupirs de Londres T3] d'Ambre Dubois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Evénements & Co :: Rencontres d'Auteurs / Dédicaces-
Sauter vers: