AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre avec Sophie Kinsella - 28 avril 2016

Aller en bas 
AuteurMessage
Chloette

avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 19/01/2012
Localisation : Dans les nuages

MessageSujet: Rencontre avec Sophie Kinsella - 28 avril 2016   Mar 17 Mai - 13:06

RENCONTRE AVEC SOPHIE KINSELLA



Nous avons eu la chance il y a quelques semaines, de pouvoir rencontrer Sophie Kinsella, la romancière britannique, maman de l'accro du shopping, dans un cadre magnifique, près de Saint Michel à Paris. C'est une femme d'une gentillesse incroyable avec un accent british qui fait rêver.  Nous avons eu une heure pour lui poser nos questions et nous en avons bien profité : ce fut un vrai plaisir de rencontrer Sophie et de discuter avec elle.  Nous avons commencé et terminé par la mode, l'un des sujets préférés de Sophie, qui était prête à terminer l'interview dès que l'on a mentionné ses chaussures. Je remercie infiniment les éditions Belfond et Pocket Jeunesse pour cette rencontre !


Nous avons bien entendu parler de la saga de l'accro du shopping, qui est la plus connue. Becky est pour l'auteure une amie bien réelle vivant dans un univers parallèle, elle la sent toujours auprès d'elle lorsqu'elle écrit. Elle est parfois plus réelle que la plupart des gens. C'est à la fois une amie mais elle doit en parallèle devenir elle lorsqu'elle écrit ses aventures. L'univers continue d'exister même quand Sophie n'écrit pas les aventures de Becky. Une personne a fait remarqué à quel point Becky était insupportable dans l'Accro du Shopping à Hollywood mais qu'elle a changé dans L'accro du shopping à la rescousse.  Sophie était totalement d'accord, c'était même voulu : elle a écrit deux tomes pour un même fil rouge. Quand elle a décidé d'emmener Becky à Hollywood, elle savait pertinemment que cela lui ferait perdre la tête, elle est comme ça. Elle savait qu'elle voudrait être un star d'Hollywood et qu'elle voudrait avoir un garde du corps comme si c'était un accessoire. Dans la vie parfois on dérape, et ensuite on revient sur le bon chemin et c'est ce qui arrive à Becky : elle a beaucoup appris de son expérience à Hollywood, qui est un endroit assez dangereux où l'on ne garde pas forcément les pieds sur terre, et son triomphe à la fin de L'Accro du shopping à la rescousse n'en a que plus de valeur.  L'éditrice de Belfond est allée plus loin : Becky était destinée à aller à Hollywood et confronter ses rêves à une réalité qui n'est pas à la hauteur. Cette confrontation un peu brutale lui donne une profondeur qui nous touche et la rend encore plus adorable. Sophie est totalement d'accord puisque dans les précédents romans, tout ce que Becky faisait, elle le faisait dans l'espoir de rencontrer des célébrité (son obstétricienne notamment)

On lui a demandé si il y avait de sa fille dans Minnie, la fille de Becky : elle dit que non. En réalité, elle avait toujours rêvé d'avoir une fille et après avoir écrit Mini-Accro du Shopping, elle a eu une fille : c'est comme si la fiction s'était imposée sur la réalité. Quand à l'adaptation cinématographique du premier volet de l'accro du shopping, elle a expliqué qu'elle aurait adoré que chaque scène soit transposé à l'écran mais malgré les changements la seule chose qui l'inquiétait était qui incarnerait Becky et comment elle serait montrée au public. Mais elle est très contente du travail d'Isla Fisher, qui a su donner au personnage tous les traits qu'elle possède dans les livres. Et elle est tellement drôle ! Sophie a pu assister au tournage et pleurait de rire en voyant évoluer Isla. Quand à Hugh Dancy qui incarne Luke, elle l'aime beaucoup et le trouve très charmant. Le film a su garder le cœur de l'histoire, c'est pour quoi Sophie n'est pas trop déçue de l'adaptation.


Sophie n'est pas seulement la maman de Becky, elle est la créatrice de bien d'autres personnages : le processus d'écriture est à la fois pareil et différent. Elle ne doit pas réfléchir quand elle écrit les aventures de Becky, c'est instinctif, elle la connaît très bien. Tandis que lorsqu'elle crée de nouveau personnages, elle doit réfléchir plus, cela prend plus de temps pour apprendre à les connaître. Becky est comme sa meilleure amie et ses nouvelles héroïnes sont comme des personnes rencontrées à une fête, il faut prendre son temps. Sophie aime a la fois la familiarité de Becky et les nouveautés qu'apportent ses autres héroïnes. Becky est la seule héroïne à avoir sa propre séri, les autres héroïnes non : c'est parce que Sophie a la sensation que c'est terminé, que l'histoire est vraiment finie. Elle leur dit adieu tandis qu'elle ne dit qu'au-revoir à Becky, elle sait qu'elle la retrouvera. Elle a été tentée de reprendre certaines histoires (notamment celle d'Emma), pour savoir ce que les héroïnes devenaient.  Elle ne l'a pas exclu mais à chaque fois qu'elle commence à y penser une nouvelle idée lui vient et elle doit absolument l'écrire, de la même manière que Becky doit absolument s'acheter de nouvelles chaussures ;)

Quant à Audrey retrouvée, quelqu'un a demandé pourquoi elle avait écrit un roman yound-adult, alors qu'elle ne l'avait jamais fait jusqu'à présent, et de plus pourquoi écrire sur le harcèlement scolaire ? Sophie n'a pas vraiment réfléchi sur la catégorisation de son roman , elle a juste vu Audrey et s'est rendu compte après coup que c'était une ado. Elle mourrait d'envie de raconter son histoire. Elle écrit sur ce qu'elle voit dans la vie : quand elle voit des gens faire leur shopping, elle écrit sur le shopping, quand elle voit des gens qui travaillent trop, c'est pareil. Elle est mère d'adolescents et elle a vu les problèmes que les ados pouvaient affronter. Ses enfants n'ont pas été tourmenté mais elle a vu ces problèmes chez d'autres enfants. Elle voulait se focaliser sur le positif et sur les conséquences du harcèlement pour voir que ces ado s'en sortaient. Un professeur italien s'est servi de son livre pour parler de l'homosexualité et du harcèlement qui s'en suivait pour sensibiliser les jeunes et pour elle, c'est une idée formidable, si elle a pu aider ne serait-ce qu'une personne, elle est heureuse. Lorsque quelqu'un a demandé si elle ressemblait à la mère d'Audrey, Sophie était mitigée : non, elle n'était pas prête à balancer l'ordinateur des ses enfants par la fenêtre (même si elle y a pensé) mais elle lui ressemble sur un point. Elle lit les magazines et suit les conseils des ces magazines : ses enfants se demandent à chaque fois ce qu'elle va inventer


Sophie n'a jamais écrit de romans avec pour personnage principal, un homme. Pourtant elle pense que les hommes peuvent être des héros s'ils font un effort, mais elle ne pense pas pouvoir rentrer dans leur esprit, car quand elle demande à son mari à quoi il pense il lui répond simplement "à rien". C'est quelque chose à explorer, mais pas tout de suite.  Elle a beaucoup d'hommes qui lisent ses livres mais ne l'admettent pas : pour elle si on changeait les couvertures peut être qu'ils l'admettraient plus facilement. Mais pour elle le plus important c'est d'avoir de l'humour : si on a de l'humour, que l'on soit homme ou femme n'a pas d'importance, on peut lires ses romans et les apprécier. Les hommes sont tous des Becky : pas avec les chaussures, mais avec la technologie. Mais elle adore inventer les personnages masculins, ce qui m'a amené à parler du mari de Becky, Luke, un personnage que j'adore. Ils forment un beau couple mais ils sont très différents : on a vu leur relation évoluer, mais d'une certaine manière il est toujours sur le coté, la laissant vivre sa vie et faire des erreurs. Sophie adore leur relation et Luke connaît Becky, même s'il ne dit rien, il est toujours là quand cela compte. Il la connaît bien puisque lorsqu'il l'a rencontrée elle mentait à propos d'une écharpe qu'elle achetait pour une tante imaginaire. Ils se disputent à la fin de l'accro du shopping à la rescousse : mais c'est le cas de tous les mariages, il y a des hauts et bas, mais on surmonte ses problèmes.

Elle n'a jamais prévu le succès que suivrait la publication de l'accro du shopping :  pour elle c'était une petite histoire d'une fille vivant à Fulham et ayant un gros découvert, toute simple qui n'intéresserait pas grand monde. Mais il se trouve qu'il a beaucoup de personnes ressemblant à Becky en Grande Bretagne, en Europe et même à travers le monde ! Le succès de Becky est du au fait qu'on est toute un peu Becky : elle nous rassure dans le fait qu'on ne sera jamais pire qu'elle mais jamais aussi bien dans le sens qu'on n'est pas aussi téméraire, et qu'on n'est pas capable de réunir 11 personnes du jour au lendemain pour lutter contre l'injustice.


Une merveilleuse rencontre...  coeur  coeurheart  coeur

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec Sophie Kinsella - 28 avril 2016
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES PETITS SECRETS D'EMMA de Sophie Kinsella
» L'ACCRO DU SHOPPING (Tome 01) CONFESSIONS D'UNE ACCRO DU SHOPPING de Sophie Kinsella
» L'ACCRO DU SHOPPING (Tome 04) L'ACCRO DU SHOPPING A UNE SOEUR de Sophie Kinsella
» Wedding Night de Sophie Kinsella
» DROLE DE MARIAGE de Sophie Kinsella

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Evénements & Co :: Rencontres d'Auteurs / Dédicaces-
Sauter vers: