AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 CORREIA Cécilia - Le Manuscrit proscrit de Nur Jahan

Aller en bas 
AuteurMessage
coraline
Modérateurs
Modérateurs
avatar

Messages : 5539
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 36

MessageSujet: CORREIA Cécilia - Le Manuscrit proscrit de Nur Jahan   Mar 27 Jan - 19:50



Illustration de la couverture réalisée par Miesis.

Le Manuscrit proscrit de Nur Jahan
Cécilia Correia

Sortie le 19 mars 2015
Aux éditions J'ai Lu - Format semi-poche

[justify]Quatrième de couverture :

« Dorsetshire, 25 octobre 1836

Les mots me manquent pour exprimer mon ressenti en reprenant, moins d’un an après mon retour en Angleterre, les annotations diverses effectuées au cours de mon expédition en Inde. Quiconque viendrait à les lire pourrait penser à tort que la raison m’a abandonnée. Que le Ciel m’en soit témoin, ce n’est point le cas.

C’est avec une appréhension certaine que je me replonge dans cette aventure, là où tout a commencé, non loin du Cap des Aiguilles, alors que la fureur d’une terrible tempête était sur le point de s’abattre sur notre vaisseau… »

Acheter sur le site J'ai Lu pour Elle
Amazon


Dernière édition par coraline le Ven 13 Mar - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.facebook.com/index.php
Walkyrie

avatar

Messages : 3358
Date d'inscription : 17/12/2012
Age : 34
Localisation : Sud Clermont

MessageSujet: Re: CORREIA Cécilia - Le Manuscrit proscrit de Nur Jahan   Mar 27 Jan - 20:42

Magnifique cette couverture, ça donne très envie ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
http://songesdunewalkyrie.wordpress.com/
Karen
Admin
Admin
avatar

Messages : 11935
Date d'inscription : 10/07/2011
Age : 39
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: CORREIA Cécilia - Le Manuscrit proscrit de Nur Jahan   Dim 22 Fév - 17:35

Mon avis :

Dorsetshire, 1836. Judith Guiltry éprouve le besoin de mettre par écrit l'incroyable aventure survenue l'année précédente alors qu'elle accompagnait son oncle, sir Graham Peacock, en Inde. Scientifique et naturaliste, ce dernier est passionné par la nature et les cultures étrangères et a transmis cette passion à sa nièce, orpheline, qu'il a éduqué. Jude est donc une jeune femme pour le moins non conventionnelle, curieuse, aventureuse, qui n'a pas sa langue dans la poche et qui aime porter des vêtements masculins.
Après une longue traversée, les voici enfin arrivés à Madras chez lady Orpha où ils logent, le temps pour eux d'organiser au mieux leur expédition à l'intérieur des terres. Une nuit, malgré le médicament pris pour lutter contre ses crises de somnambulisme, elle se lève curieusement attirée par une force qui la dépasse. Elle entre dans une cabane décrépite où une vieille lépreuse l'accueille comme si elle l'attendait et lui tend un coffre. Le lendemain matin, contrairement à son habitude, Jude se souvient de tout. Elle ouvre le coffre magnifiquement ciselé et y trouve une profusion de trésors ainsi qu'un parchemin apparemment vierge et une plume de paon. Malgré elle, Jude se surprend à écrire sur le parchemin et un texte apparaît, accompagné d'illustrations. Il s'agit du journal intime de Nur Jahan, célèbre souveraine moghole.
Leur expédition a pour but de les conduire au Rajputana, non seulement pour mener une mission diplomatique auprès du maharaja Devak Madan, mais aussi pour admirer et chasser les tigres et notamment celui qui défraye les chroniques, Shardul, un gigantesque tigre blanc mangeur d'homme. Durant leur périple, Jude est à nouveau la proie de crises de somnambulisme et de cauchemars et surtout, chaque nuit, elle reçoit la visite d'un amant imaginaire qui lui retourne les sens, Assagor. Parvenus au Raijapur, c'est le choc : Jude se rend compte que Devak et Assagor ne sont qu'une seule et même personne....


Nur Jahan

Le récit est donc écrit à la première personne par Jude qui nous raconte ses extraordinaires aventures. Elle se confie au lecteur à défaut de pouvoir le faire à un tiers, et c'est surtout un moyen de rendre les choses plus réelles, de se persuader que les événements ont vraiment eu lieu. C'est donc en quelque sorte le journal d'une jeune dame du début du XIXe siècle et Cécilia Correia a fait en sorte qu'on le ressente en empruntant un style fluide mais soutenu, maniéré. Cela peut surprendre au début mais on s'y fait assez rapidement et surtout c'est complètement en phase avec l'histoire. Il n'empêche que l'on est peu habitué aux romances historiques écrites à la première personne et qu'il faut vraiment un temps d'adaptation.
Cette histoire a de multiples facettes. C'est d'abord une relation de voyage, la découverte de l'Inde et ses splendeurs et on en a surtout conscience dans tout le premier tiers du roman. Et c'est juste sublime, on a beau attendre que la belle rencontre enfin son beau maharaja, on n'en reste pas moins charmé par les descriptions, curieux et avides d'en découvrir davantage aux côtés de Jude sur la culture indienne, l'histoire, la faune et la flore, la gastronomie... C'est aussi un conte digne des Mille et une nuits et du Livre de la Jungle traversé par la magie et des mystères ancestraux. C'est enfin une magnifique histoire d'amour entre deux jeunes gens que tout oppose au premier abord. D'un côté une jeune Anglaise indépendante habituée à agir à sa guise et qui ne supporte pas qu'on refrène sa curiosité. De l'autre un souverain indien tout puissant habitué à ce que les femmes se plient au bon vouloir des hommes et restent à l'écart du monde. Un gouffre culturel qui entraîne un bon nombre d'incompréhensions de part et d'autre, et surtout une succession de joutes verbales dont on se régale. Pourtant, les règles interdisent à Devak d'épouser une étrangère et on se demande avec curiosité comment leur histoire pourra bien finir. Une fin justement parfaite. Elle clôt à merveille l'intrigue magique du manuscrit de Nur Jahan et du double mystère d'Assagor et Shardul, tout en permettant à nos deux amants de s'aimer en toute impunité...
Une romance que j'ai donc beaucoup aimé sans que cela soit pour autant un coup de cœur. Certains éléments d'intrigue m'ont paru en effet incompréhensibles, trop faciles : quand Jude se rend compte que Devak est Assagor, pas une seule fois il ne lui vient à l'idée de lui demander comment il parvient à accomplir ce prodige (en tout cas pas avant un long moment !) ; et durant la nuit, Jude va souvent aller rejoindre Devak, que ce soit dans sa chambre ou sous sa tente, et elle n'est jamais arrêtée par les nombreux gardes qui sont censés entourés le souverain... Des mystères qui m'ont malgré tout beaucoup interpellés.

Cécilia Correia nous entraîne donc un monde merveilleux et exotique, un monde où plane la magie et le mystère, un écrin parfait pour une romance originale et envoûtante qui nous entraîne hors des sentiers battus...


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CORREIA Cécilia - Le Manuscrit proscrit de Nur Jahan   

Revenir en haut Aller en bas
 
CORREIA Cécilia - Le Manuscrit proscrit de Nur Jahan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cécilia Correia] la guilde de nod TOME 1 : Genese
» LA GUILDE DE NOD (Tome 1) GENÈSE de Cécilia Correia
» Le Proscrit de Sadie Jones
» Préparer son manuscrit
» Faire corriger son manuscrit par un professionel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Romance Historique :: Aventures & Passions :: C -> D-
Sauter vers: